Vous trouverez sur ce blog toutes mes humeurs poétiques, de la poésie plus ou moins libre selon l'état d'esprit du moment.

« Une poésie n’est-elle pas le seul endroit au monde où deux âmes étrangères peuvent se croiser intimement. »

Si vous souhaitez lire l’essentiel, cliquez sur l’onglet recueils libres « A comme Amour » 2009-2019.

Les écrits et les illustrations numériques sont de ma plume. Certaines de mes illustrations utilisent des photos lors de mes montages graphiques dont j’ignore les auteurs ; je reste dans ce cas ouvert pour les indiquer. En bas du blog, il y a les liens concernant ceux que j'aime suivre... Attention je ne tiens pas à jour tous les liens...

Bienvenue sur mon blog ! NOUVEAU recueil 16... Je tiens à remercier et salue encore toutes les personnes qui naviguent sur mes pages par bonheur et sans se noyer...

Copyright numéro 00048772-1

Copyright numéro 00048772-1
Vous êtes sur un site où le contenu est protégé. Les illustrations et les dessins originaux des poèmes se trouvent sur mes autres blogs

Tous mes poèmes

Nombres de poèmes et de commentaires publiés dans le blog

Nombre total de pages vues

Abonnés du blog

jeudi

Géant

Ce corps qui me porte
 A rejoint mon imagination
Pour jouer à cache-cache
Dans l'amphithéâtre de Bryce Canyon
Entre Hoodoos et Shipmunks
Pour respirer l'immensité 
Du Grand Canyon
Où mes yeux cherchent encore l'abîme
Le fil de l'histoire
Pour chausser la courbe d'eau verte
D'Horseshoe Bend
Les pieds au bord du précipice
Pour marcher le long de la rivière Virgin
Au cœur des falaises de Zion
Pour caresser le dos ciselé 
Du Cheskerboard Mesa
Pour me mesurer aux séquoias géants
Du Général Sherman

Cette âme qui m'emporte
A rejoint le fantastique
Death Valley
Où le temps finira par m'embaumer 
De sel et de sable magique
Sur la vapeur horizontale de la fournaise

Je voyage pour être étonné




Diné bikéyah

Plus profond qu'un rêve
Plus déchiré qu'une souffrance
Monument Valley
Et ses dentelles rouges
Qui affrontent l'azur
M'offrent un tableau grandiose

Je m'approche sur la pointe de ma curiosité

À ces pieds
Des maisons de fortunes
Des hommes libres et prisonniers
De la couleur de leur terre
Qui forment un cercle soudé
À l'intérieur d'une réserve interdite

Un mirage d'espoir après le crime

De chaque côté du bitume
Une ligne continue de barbelés
Rappelle que la croix
Divise l'air des sains esprits

Et si le blanc hisse un drapeau
Avec des étoiles qui évoquent l'union
Tant de paradoxe
Au cœur des quatre montagnes sacrées
Le rouge se tourne vers Hesperus Mountain
Où l'étoile du soir
Tient le crépuscule dans ses mains
Et chante
" Souffrez que je vous salue "

À la fois émerveillé et révolté
Je m'endors à Mexican Hat
Au bord du fleuve San Juan
Avec ce goût de terre brûlée
Qui questionne mes lèvres gercées

Demain le ciel sera-t-il encore vierge




Las Vegas

En pleine kermesse populaire
Épouserais-je l'ombre verdâtre
Sur le carreau d'un dernier vertige

Mais où est donc passé 
Mon ultime Washington
Sans doute dans la fente du hasard
Où s'évanouissent 
Les uns après les autres 
Tous ces uppercuts du rêve clandestin
Toujours en ébullition
Même dans les pensées les plus avares
Ou casanières

Cette vieille dame de trèfle
Qui pique nos poches de coeur
Las Vegas la stupéfiante
M'a flingué pour un temps
Ma paranoïa écophile

Je nage désormais 
Dans la cour des miracles
De sons et de lumières
Ininterrompus

Au petit matin 
Hors champ des miroirs
Une fumée d'ocre rouge 
S'échappe de mes pieds 
Est-ce le ciel de Monument Valley
Qui appelle à la méditation




Une belle histoire

De kingman à Seligman
Quelques vestiges
Ressemblent aux pièces du puzzle
De la fameuse transcontinentale

Entre vieilleries poussiéreuses
Et souvenirs importés d'asie
J'achète un magnet 66
Pour le Frigidaire
Et traverse l'air
De trois clichés de carcasses
Qui ne demandent qu'à mourir en paix

Cloué à l'asphalte
J'essaie de maintenir la légende

Ce n'étaient que des mots écrits sur du sable
Une belle histoire




mardi

Bullhead

Le désert est-il le paradis
Uniquement des géologues
Et autres animaux sans compagnie

42 degrés à l'ombre d'un joshua tree
En plein désert des Mojaves
Je tombe sur un bruit de crécelle
Bien que la seule chose que je maîtrise
Est le pardon
Il y a des moments de solitude
Où seul l'amour te dirige
Vers la bonne destination

Sans courir l'effet de foehn
Me sèche le bas du dos
Plus vite qu'un James Dyson
Face au vert gris du Colorado
De l'autre côté du fleuve
Les lumières d'un bateau casino
Invitent la nuit à la roulette
Alors qu'ici le jour ne meurt jamais

Les yeux dans mes tongs O'neill
Toujours du gras entre deux jetskis
La climatisation bat la mesure
Mes oreilles chantent
Born in the moon

Je me suis réveillé
Les pieds dans la machine à glaçons
Prêt à repartir
Vers plus de pitié

En attendant la route 66
Bullhead restera une énigme
Un poisson en plein désert




lundi

Los Angeles

Les pieds dans le sable du Pacifique
En passant chez Universal
On se ramène ici pour rêver
Mais tous les piétons sont suspects
La vie c'est la clef du toucher
Ici on court après
Le mythe s'éteint
La colline porte-t-elle bien son nom
Au bout d'Hollywood boulevard
Les étoiles se confondent
À la misère des sens
Les détritus tuent
Je n'avais jamais vu autant
De graisse autour d'un squelette
Je quitte l'enflure
Plein Est
Demain sera un autre jour





Les dix archives les plus consultés ces 30 derniers jours !

A comme Amour Recueil 1

A comme Amour Recueil 2

A comme Amour Recueil 3

A comme Amour Recueil 4

A comme Amour Recueil 5

A comme Amour Recueil 6

A comme Amour recueil 7

A comme Amour recueil 8

A comme Amour Recueil 9

A comme Amour Recueil 10

A comme Amour Recueil 11

A comme Amour Recueil 12

A comme Amour Recueil 13

A comme Amour Recueil 14

A comme Amour Recueil 15

A comme Amour Recueil 16

Copyright numéro 00051199-1

Copyright numéro 00051199-1
Copyright numéro 00051199-1 « A comme Amour Recueils 1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12-13-14-15-16»