« Une poésie n’est-elle pas le seul endroit au monde où deux âmes étrangères peuvent se croiser intimement. »
Bienvenue sur mon blog... Mon nom de domaine a été piraté ou autre effet papillon ! Mais le contenu est préservé... Je tiens à remercier et salue encore toutes les personnes qui naviguent sur mes pages par bonheur et sans se noyer !
Vous trouverez sur ce site tous mes mots « poétiques » :
- Des proses et ou poésies d'amours, loufoques, tristes, engagés, satiriques , d'amitiés et autres...
- Des chansons à l'état brut.
- Des citations personnelles.
- Des lettres ouvertes.
- Des bas et des hauts.
Tous les écrits et dessins sont de ma plume à l'exception de certains dessins notifiés en bas du texte. Cependant je peux oublier certains détails car je ne suis qu'un « entremetteur » de mots et d'images... Certaines de mes illustrations utilisent des photos lors de mes montages graphiques dont je n'ai pas d'informations sur les auteurs, je reste dans ce cas ouvert pour les indiquer, si vous les connaissez (Nota : en bas du blog ou du texte, il y a les liens concernant ceux que j'aime suivre).

Tous mes poèmes

Nombres de poèmes et de commentaires publiés dans le blog

Nombre total de pages vues

mercredi

« Sur place ou à emporter »

 La dent creuse la mémoire courte
Au télépéage casse-croute...

J'aimerais un citron Picasso
De la période rose et bleue
Pour partir en vacances à Guernica
Avec mes Playmobil
Ma bombe républicaine
Et sa chatte Dora Maar
Bien que je rêve encore
Aux Demoiselles d'Avignon

« Sur place ou à emporter »

C'est agaçant ce tournesol
Collé sur le pare brise de la caissière
En plus il lui manque une oreille
Et il y a cette femme assise
Elle me regarde de travers
Et me crie encore dessus

« Sur place ou à emporter »

Du Chili cone carne à Madrid 
On parle aussi Franco
Comme à la maison via le système Dali
J'ai mon piano qui me siffle
Mozart sera en retard ce soir
L'horloge de la cuisine
Qui efface mes jours heureux
Et l'armoire de ma chambre
Qui sort ses seins du tiroir
Pour partir aussi en Jalousie
Et quand j'appuie sur tous les boutons
C'est le débarquement
Mesdames je ne suis pas un jouet
Monsieur le Président

« Sur place ou à emporter »

Non je n'ai pas de chambre d'hôtes
Ni de statue de la maternité
Et passant du coq à l'âne
Depuis Noël doux Jésus
Je suis devenu un fan de Miro
À cause de ma presbytie
Moi qui ne lis jamais vos poésies

« Sur place ou à emporter »

Encore ce massacre des innocents
Tiens on dirait le portrait de la Joconde
Je connaissais son vétérinaire
Et son chirurgien plastique
Deux vieux amis de la prothèse mammifère
Ils cohabitent au-dessus du parking Vinci
Leurs honoraires me coûtent la peau des...
Censuré la trompette de mort a sonné

« Sur place ou à emporter »

J'aimerais juste la paix
Trop tard c'est fermé


35 commentaires:

  1. La Brune Colombejuin 04, 2014

    J'ai beaucoup aimé ma lecture

    Amitiés,
    La Brune Colombe

    RépondreSupprimer
  2. pour moi un vrai sonné de dernière heure impromptu et sans beurre
    de cacahuète
    et un bisou de mirette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un petit bain surréaliste amer
      souvenir présent cubique
      m'a saigné mon cuter Stanley
      de la nourriture à la guerre des boutons
      crevons la bouche ouverte
      la queue au ciel
      Vinci n'est pas mort
      les charlots non plus
      j'enfile des perles
      Et des plus belles

      Supprimer
    2. à emporter sur place

      Supprimer
    3. Un cheese sans tomate dans la gueule

      Supprimer
  3. SUPERBE... J'ADORE la vidéo
    Merci James
    bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a du sens
      même dans l'absurde
      si on a les pieds sur terre
      et l'esprit ventilé

      Supprimer
  4. perlenoirejuin 04, 2014

    J'adore! le texte et la vidéo trop rigolo
    Merci du partage James

    Douce fin de journée à toi

    Amitié
    A

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut savoir lâcher les écouteurs et prendre ses rêves pour des réalités

      Supprimer
  5. quaidesartistesjuin 04, 2014

    "Ceci n'est pas un collier" aurait dit Magritte
    mais quand les perles sont ainsi enfilées ...

    je dis encore !

    amicalement

    qda

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah le roi René a la grippe
      Mais avec le procédé de la vache qui rit
      Il ne pleure plus

      Supprimer
  6. Papillonmysterejuin 04, 2014

    Bravo
    Amitiés

    RépondreSupprimer
  7. Une très belle lecture appréciée

    RépondreSupprimer
  8. ylecrivainjuin 04, 2014

    bien aimé les choses du prêt-à-porter dans une place sur rue

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut vieux caribou

      Par là
      « sur place ou à emporter »

      Supprimer
  9. Une très belle lecture que tu nous proposes
    Merci de ce partage !


    Mes amitiés

    Sybilla

    RépondreSupprimer
  10. Bonjour,
    J'en choisi un autre : Gaudi.
    Merci pour ce loufoque pas si fou-fou que çà. Au Diable Vauvert, il vaut mieux l'emporter et aller voir ailleurs si l'herbe est plus verte, dans cette compagne, il y a moins de monde.

    Catherine

    RépondreSupprimer
  11. Io Kanaanjuin 05, 2014

    Jolie ballade, amusant refrain !

    RépondreSupprimer
  12. ODE 31 - 17juin 08, 2014

    Un musée un peu spécial qui fleurit dans un esprit loufoque que j'apprécie, l'esprit, pas certaines peintures qui ne sont pas ma tasse " d'été "
    Bien amicalement ODE 31 - 17

    RépondreSupprimer
  13. Lorsque j'ai lu ton poème, j'ai pensé à ces peintres
    surréalistes où il y a, dans certains tableaux une foule
    de choses qui ont leurs fantaisies.

    Tu nous en as peint un haut en couleurs
    Et le "refrain" c'est presque "la caisse automatique " hé hé
    Merci de partager tes écrits que je lis avec plaisir.

    RépondreSupprimer
  14. Exactement ça. D'ailleurs je l'ai lu.
    De la Fast poésie très bonne idée.

    RépondreSupprimer
  15. se nourrir encore des produits de la création inhumaine
    l'esprit comme l'estomac
    reste toujours aussi acide
    Un petit bain surréaliste amer
    souvenir présent cubique
    m'a saigné mon cuter Stanley
    de la nourriture à la guerre des boutons
    crevons la bouche ouverte
    la queue au ciel
    Vinci n'est pas mort
    les charlots non plus
    j'enfile des perles
    Et des plus belles


    RépondreSupprimer
  16. Oui, on dirait le portait de la Joconde, à moins que que ce ne soit le Jocond cher à Max Jacob, esquissé à grands traits sur les chemins d'espagne ! Merci pour l'offre et j'emporte !
    Cordialement

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah Max Jacob oui je connais mais sans plus...
      Je suis hors du monde, je ne puis subir que le martyre...
      Sinon merci

      Supprimer
  17. Merci James Px. pour ce poème original, construit comme un tableau de Picasso.
    Bien à vous
    Florent

    RépondreSupprimer
  18. surréaliste ... j'adore

    RépondreSupprimer
  19. bonjour des images qui passent à une vitesse et un final explosif
    amitiés

    RépondreSupprimer
  20. Du coq à l'âne, une foule d'impressions, d'émotions qui courent à toute vitesse comme la pensée..
    J'aime

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. De la fast-food poésie
      sinon un si ou rien
      comme plat du jour
      et un glofiish glacé en désert...
      Les marrons sont cuit's' les carottes aussi

      Supprimer
  21. Mi figue mi raisin, tes mots se moquent de la société de consommation si sourde aux rêves et aux sentiments de chacun.
    Sous un ton faussement léger, tes images sont à fleur de peau.
    J'aime beaucoup.

    RépondreSupprimer
  22. comme un petit film où l'on voit défiler les tableaux
    avec ta cruauté habituelle mais sympa
    see you
    et tout se perpétue d'un poème à l'autre où l'on retrouve le fil
    un peu foody

    RépondreSupprimer

Copyright numéro 00048772-1

Copyright numéro 00048772-1
Vous êtes sur un site où le contenu est protégé. Les illustrations et les dessins originaux des poèmes se trouvent sur mes autres blogs

Rechercher dans ce blog une archive poétique

Les dix archives les plus consultés ces 30 derniers jours !

A comme Amour Recueil 1

A comme Amour Recueil 2

A comme Amour Recueil 3

A comme Amour Recueil 4

A comme Amour Recueil 5

A comme Amour Recueil 6

A comme Amour recueil 7

A comme Amour recueil 8

A comme Amour Recueil 9

A comme Amour Recueil 10

A comme Amour Recueil 11

A comme Amour Recueil 12

A comme Amour Recueil 13

Copyright numéro 00051199-1

Copyright numéro 00051199-1
Copyright numéro 00051199-1 « A comme Amour Recueils 1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12 »