« Une poésie n’est-elle pas le seul endroit au monde où deux âmes étrangères peuvent se croiser intimement. »
Bienvenue sur mon blog... Mon nom de domaine a été piraté ou autre effet papillon ! Mais le contenu est préservé... Je tiens à remercier et salue encore toutes les personnes qui naviguent sur mes pages par bonheur et sans se noyer !
Vous trouverez sur ce site tous mes mots « poétiques » :
- Des proses et ou poésies d'amours, loufoques, tristes, engagés, satiriques , d'amitiés et autres...
- Des chansons à l'état brut.
- Des citations personnelles.
- Des lettres ouvertes.
- Des bas et des hauts.
Tous les écrits et dessins sont de ma plume à l'exception de certains dessins notifiés en bas du texte. Cependant je peux oublier certains détails car je ne suis qu'un « entremetteur » de mots et d'images... Certaines de mes illustrations utilisent des photos lors de mes montages graphiques dont je n'ai pas d'informations sur les auteurs, je reste dans ce cas ouvert pour les indiquer, si vous les connaissez (Nota : en bas du blog ou du texte, il y a les liens concernant ceux que j'aime suivre).

Tous mes poèmes

Nombres de poèmes et de commentaires publiés dans le blog

Nombre total de pages vues

mercredi

L'eschatologie d'une pensée

La libellule a erré
Dans l'air d'une impérissable thébaïde
Les ailes réduites 
À la recherche d'un art de vivre 
Capable de prendre à contre-pied
Le vent de la réalité 
Comme le désert d'un sentiment

 Est-ce un sort inéluctable 
À toutes les âmes sensibles ou curieuses

Tout cela remonte à bien longtemps
Ce calvaire n'est plus
Moi-même j'ai changé
Mais on ne fuit pas les données de son destin

Hier pessimiste aujourd'hui je le suis resté
L'œil proche d'une philosophie éphémère
De cet arbre je cueille son fruit le plus mûr
Je le respecte avec gourmandise et tendresse
Et enterre sa peau au pied de ses racines

Mais dis-moi mon amour 
Quand tu seras partie
M'aimeras-tu encore 
Comme au premier jour




14 commentaires:

  1. L’homme-libellule

    Celui qui vole en rayonnant
    Sur les rus ruisselants
    Dans l’ombre frissonnante
    Des roselières en fleur

    Celui qui dit je t’aime
    Derrière la barrière
    De sa main cachottière
    Avec un petit rire
    Maladroit

    Celui qui sous-entend
    La musique pianante
    D’une danseuse nue
    Sur un parquet flottant

    Celui qui dit ma mie
    Qui peint avec ses lèvres
    Des visages d’enfants
    Et des voiles de vierges

    Mon homme-libellule
    Doré dans le couchant
    Comme un cheval nimbé
    Au sommet du grand champ

    Qui jette son licou
    Et pleure lentement.

    Marine
    2 octobre 2014

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de suivre mes pas
      sur l'eau de là...

      Supprimer
  2. Très beau, une émotion et une douceur à fleur de mots.
    Et l'écho de notre Marine est tout aussi beau.
    J'aime beaucoup

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il y a plus de questions sans réponses
      que de réponses sans questions :lol:

      la vie est une succession qui n'a pas besoin d'un notaire
      pour te dire
      je t'ai assez vu
      barre toi
      tant à l'amour
      c'est autres chose
      c'est nous qui avons le pouvoir
      mais bien souvent
      on ne le prend pas...

      Supprimer
  3. Kézam Leitchijuin 19, 2015

    hmm! Pas mal de phrases qui me portent à m'interroger! j'aime bien ton poème il est agréable à lire!

    RépondreSupprimer
  4. marieangehubyjuin 22, 2015

    J'aime tout particulièrement l'avant dernière strophe qui m'est très parlante. Les trois dernières phrases, ont une bien jolie texture, très savoureuse un vrai régal votre écrit, encore une fois.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. marieangehuby... Merci j'aime finir dans la simplicité expressive

      Supprimer
  5. Alice Gauguinjuillet 13, 2015

    Alice Gauguin a noté L'eschatologie d'une pensée .

    RépondreSupprimer
  6. merci de m'avoir permis de virevolter sur tes mots telle la libellule.

    RépondreSupprimer
  7. Galatea belgaaoût 13, 2015

    Je signe moi aussi libellule portée par le vent de la dure réalité...

    RépondreSupprimer

  8. Une très belle lecture poétique !

    RépondreSupprimer
  9. Hubix-Jeeeaoût 13, 2015

    Un très beau texte, mélancolique et qui semble prendre un chemin par trop sinueux...

    On peux toujours se poser des questions...

    Amitiés...

    Hubix.

    RépondreSupprimer
  10. Un sort inéluctable, peut-être bien !

    RépondreSupprimer
  11. Mais dis-moi mon amour
    Quand tu seras partie
    M'aimeras-tu encore
    Comme au premier jour


    je te haïrais enfin
    a ma guise , demain
    vers un autre destin
    j'aimerai ta fin

    RépondreSupprimer

Copyright numéro 00048772-1

Copyright numéro 00048772-1
Vous êtes sur un site où le contenu est protégé. Les illustrations et les dessins originaux des poèmes se trouvent sur mes autres blogs

Rechercher dans ce blog une archive poétique

Les dix archives les plus consultés ces 30 derniers jours !

A comme Amour Recueil 1

A comme Amour Recueil 2

A comme Amour Recueil 3

A comme Amour Recueil 4

A comme Amour Recueil 5

A comme Amour Recueil 6

A comme Amour recueil 7

A comme Amour recueil 8

A comme Amour Recueil 9

A comme Amour Recueil 10

A comme Amour Recueil 11

A comme Amour Recueil 12

A comme Amour Recueil 13

Copyright numéro 00051199-1

Copyright numéro 00051199-1
Copyright numéro 00051199-1 « A comme Amour Recueils 1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12 »