« Une poésie n’est-elle pas le seul endroit au monde où deux âmes étrangères peuvent se croiser intimement. »
Bienvenue sur mon blog... Mon nom de domaine a été piraté ou autre effet papillon ! Mais le contenu est préservé... Je tiens à remercier et salue encore toutes les personnes qui naviguent sur mes pages par bonheur et sans se noyer !
Vous trouverez sur ce site tous mes mots « poétiques » :
- Des proses et ou poésies d'amours, loufoques, tristes, engagés, satiriques , d'amitiés et autres...
- Des chansons à l'état brut.
- Des citations personnelles.
- Des lettres ouvertes.
- Des bas et des hauts.
Tous les écrits et dessins sont de ma plume à l'exception de certains dessins notifiés en bas du texte. Cependant je peux oublier certains détails car je ne suis qu'un « entremetteur » de mots et d'images... Certaines de mes illustrations utilisent des photos lors de mes montages graphiques dont je n'ai pas d'informations sur les auteurs, je reste dans ce cas ouvert pour les indiquer, si vous les connaissez (Nota : en bas du blog ou du texte, il y a les liens concernant ceux que j'aime suivre).

Tous mes poèmes

Nombres de poèmes et de commentaires publiés dans le blog

Nombre total de pages vues

vendredi

Toile vierge... De tout soupçon

La lampe est sombre
Au-delà de notre horizon
Libérons le geste de l’idée
Et ses ondes amoureuses

Derrière la toile immaculée
Une voix claire murmure
« Je ne suis pas encore femme »
J’écarte le chevalet
Au large des îles Hermite
Cœur bondissant
Beauté diaphane
L’immersion s'engage
Chair languissante
Les yeux chargés d’innocences
De nuits blanches et obscures

Aréoles brunes et gonflées
Sirénien des courants chauds
Je me délecte
Comme les lèvres d’un nouveau-né
Sur le sein de sa nourrice
Muqueuses aux algues pacifiques
Enfant de cœur excommunié
Mon cierge tempête
Comme le phare du Cap-Horn
S’agrippe à la terre de feu
Pour cultiver ses naufrages

À cet instant
N’a-t-elle pas déposé sa langue
Sur mon âme aventureuse

Au bord de ce magma sous-marin
Je vois le sang battre l’épiderme
Où la terre inverse l’aimant
La femme est l’homme
J’embrasse sa fleur marine
Au travers ses sucs
Tracés de sel
Et mon ancre cisèle
La lave de son gouvernail
Et sculpte un hippocampe
Sur ses épaules nues

Mon amour
Abandonne cette toile
Au lieu d’adorer Dieu
Pendant toute ta vie
Le pinceau du zéphyr te submergera
Encore et encore
L’air de rien
Elle me griffe le dos
Comme acte consommé

Et la toile est partie au Chili
À cet instant
N’a-t-elle pas déposé son amour
Sur mon âme rêveuse 

*

En este instante
No depositó su lengua
Sobre mi alma aventurada


Y la tela se fue a Chile

En este instante

No depositó su amor
Sobre mi alma soñadora

13 commentaires:

  1. El-Andalousioctobre 03, 2014

    finement dit...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'avoir saisi la chose
      Ou juste entrevu la toile

      Supprimer
  2. Telle une Géode marine, le secret en dedans...

    Merci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Gardons le cap... L'essentiel n'est jamais loin.

      Supprimer
  3. Sensuelle poésie James plus XXX beaucoup ...
    Bonne soirée
    INCANTADA

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Fromage de SERAC Corse et la chèvre cherche Monsieur Césari sous la glace de Narcisse Colonna...
      Sinon le calme est revenu sur l'île de beauté la tourista est repartie faire ses besoins sur le continent...

      Supprimer
  4. Subtile toile , les mots en tissage fin
    et la musique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L’amour est (ou devrait) être la mesure de toute chose

      Supprimer
  5. Di Maccio

    L’homme est un hippocampe
    Aux oreilles cornées
    La mer couleur de terre
    Des ombilics ocreux
    Tournés dedans la nacre
    Captent l’éternité
    En antennes pregnantes
    Des hommes des chevaux
    Cuirasses centauresques
    Tourbillons chantournés
    La statue est mouvante
    Le mouvement figé
    Silences sculpturaux
    Des siroccos sableux
    Les vieux sont argilés
    Les femmes lisses douces
    En grandiose beauté
    Des morceaux d’univers
    Flottent devant leurs yeux
    Où des fœtus lovés
    Mis en orbite
    Dorment
    Au fond des globes creux.

    26 septembre 92
    St Leonard de Noblat

    RépondreSupprimer
  6. blackowl a noté Toile vierge... De tout soupçon

    RépondreSupprimer
  7. Magnifique, ta toile se forme sous les yeux.
    Si pur, si profond en même temps, ton poème me transporte et me laisse une impression de douceur que j'adore.
    Je repars sur la pointe des pieds sous le charme.

    RépondreSupprimer
  8. L'œil du peintre poète dans l'horizon est bien palpable, douce romance d'un pays au delà de l'océan Smile (())
    Amitiés

    RépondreSupprimer

Copyright numéro 00048772-1

Copyright numéro 00048772-1
Vous êtes sur un site où le contenu est protégé. Les illustrations et les dessins originaux des poèmes se trouvent sur mes autres blogs

Rechercher dans ce blog une archive poétique

Les dix archives les plus consultés ces 30 derniers jours !

A comme Amour Recueil 1

A comme Amour Recueil 2

A comme Amour Recueil 3

A comme Amour Recueil 4

A comme Amour Recueil 5

A comme Amour Recueil 6

A comme Amour recueil 7

A comme Amour recueil 8

A comme Amour Recueil 9

A comme Amour Recueil 10

A comme Amour Recueil 11

A comme Amour Recueil 12

A comme Amour Recueil 13

Copyright numéro 00051199-1

Copyright numéro 00051199-1
Copyright numéro 00051199-1 « A comme Amour Recueils 1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12 »