« Une poésie n’est-elle pas le seul endroit au monde où deux âmes étrangères peuvent se croiser intimement. »
Bienvenue sur mon blog... Mon nom de domaine a été piraté ou autre effet papillon ! Mais le contenu est préservé... Je tiens à remercier et salue encore toutes les personnes qui naviguent sur mes pages par bonheur et sans se noyer !
Vous trouverez sur ce site tous mes mots « poétiques » :
- Des proses et ou poésies d'amours, loufoques, tristes, engagés, satiriques , d'amitiés et autres...
- Des chansons à l'état brut.
- Des citations personnelles.
- Des lettres ouvertes.
- Des bas et des hauts.
Tous les écrits et dessins sont de ma plume à l'exception de certains dessins notifiés en bas du texte. Cependant je peux oublier certains détails car je ne suis qu'un « entremetteur » de mots et d'images... Certaines de mes illustrations utilisent des photos lors de mes montages graphiques dont je n'ai pas d'informations sur les auteurs, je reste dans ce cas ouvert pour les indiquer, si vous les connaissez (Nota : en bas du blog ou du texte, il y a les liens concernant ceux que j'aime suivre).

Tous mes poèmes

Nombres de poèmes et de commentaires publiés dans le blog

Nombre total de pages vues

jeudi

Syrie s'il pleure le poète

Syrie
S'il pleure le poète
Sale temps pour rire
Ton dernier occupant beau pays
C’était la France
Aujourd’hui c’est la liberté unique
D’un parti qui t’assèche les os
Et la terre
Je ne dis pas que la France était un modèle
Serait-ce la peur de l'air et du vent
Ou la peur de la page blanche
Ou la peur de perdre la vie
Face à la tyrannie
Alors ta sagesse te cache
Toi poète anonyme Syrien


Morte depuis longtemps est notre amie poète
Maryana Marrash
D’Alep
A-t-elle des trous dans la tête
Continuons de creuser son lit
Pour espérer
Demain elle ressuscitera
Assise au pied d’un bas-relief Assyrien
Sans aucun doute morte de peur
De voir ces atrocités
La Syrie est en sang


Et le charpentier s’active
Un Araméen de Maalouda
Façonne des cercueils
Pour de la chair assassinée
Bien trop pensante
Bien trop dérangeante
Bien trop pour le despote


Serait-ce la jouissance de l’autorité
Où en toute intimité
En place publique
Loin d'un champ de bataille honorable
Le pouvoir en plein jour
Civil et militaire
Bat l'homme à mort
A coup de matraques
A coup de pieds
A coup de rien et de tout

Au bord du lit de l’Euphrate
La Syrie te lance un appel
A toi poète anonyme de France
De ton lit n’oublie pas cette scène
Elle te supplie
Ecrit
Au pire
Maryana Marrash
La pionnière
Prisonnière du désert
Te lira
Au cœur d'un pays qui a perdu
Depuis longtemps sa poésie

------------------------------------------------------------------------

Maryana Marrash ou Marianna al-Marrash (Cet article est une ébauche concernant un écrivain et la Syrie.)
Née en 1848 à Alep, où elle meurt en 1919, est une écrivaine et poète syrienne et chrétienne du XIXe siècle, du mouvement Nahda (la renaissance arabe). Elle écrit et publie le premier recueil de poèmes rédigé par une syrienne, ainsi que le premier ouvrage sur l'histoire de la Syrie moderne. Elle est à l’origine de la réapparition de la tradition des salons littéraires dans le monde arabe et est aussi la première femme à écrire dans la presse arabe (al-Jinan et Lisan al-hal).
Le célèbre auteur Sami Kayyali dit de l’écrivaine :
« L’émergence de l’écriture féminine dans la presse et la composition de poèmes dans cette ère sombre était un évènement important. Notre histoire récente montre qu’il était déjà rare pour les hommes de lire et écrire ; sa lumière dans ces nuits obscures était comme une étoile brillante au centre du paradis. »
Source Wikipédia.

Image choc. Attention !
http://thalasolidaire.over-blog.com/article-syrie-un-meurtre-d-un-manifestant-sur-la-place-publique-ames-sensibles-s-abstenir-22-05-74368987.html

mardi

Le saut de l'ange

Je me mêle avec vous.
Vous virevoltez sur l'air, tout passe par le silence de la ouate. 
Je deviens une terre humide et vous, une eau qui étanche ma nuit sous cette lune parfumée. 
Vous êtes la peau sur mon corps nu.
Et je vous baise les lèvres, serait-ce la plus fameuse odeur dans ce bas monde. 
Le silence à nouveau est retombé après une nuit agitée.

« Luxe, calme et volupté »
Je m'endors.

Au petit jour, seul, au coin d'un angle mort, un ange solitaire tente un saut amoureux en direction du vieux cinéma Sex Fantasy Island...
À califourchon sur le colosse, un organe acidulé en latex rose en forme de crête de dindon, y danse une chauve-souris du Turkménistan en pleine action !
Serait-ce le mélange d'une ablation testiculaire et d'un quadruple Axel sur la glace à deux boules du nain de jardin, un proche de Blanche-Neige ? (l'Eros du film).
Sous l'œil de Moscou, l'ange se serait-il perdu au milieu de patins d'amis ayant une mauvaise haleine !
Et soudain c'est la mise sur orbite.
Un brouillard envahit la salle, des ombres grises humaines sortent de l'écran , s'enchevêtrent sur la scène, se cognent aux murs et disparaissent sous une moquette poisseuse verdâtre gainée de bandes oranges.
L'ange serait-il à son tour hors gel dû à l'emprise diabolique d'un coup de cyprine du fantôme d'Amy Winehouse enrichi au LSD et au Jack Daniel's.
Surexcité comme une grenouille de bénitier Belge, au bord du trou, coincé dans un siège rouge guimauve perforé par les mégots du front populaire ; une nouvelle envie subite de faire une lessive de l'églantier du jardin barbu de Ben Laden vieille connaissance de la mère Denis ressuscite !
Et c'est la pub Michoko, l'histoire d'un escargot inhibé tout chaud attiré vers un fol dingue crustacé Vietkong.
Une fois qu'Hercule Poirot aura fini de dégorger le sexe bleu d'un Stroumph pervers (le titre du film)...
Fin.
La salle s'éclaire en basse luminance, une vieille odeur de cul péteux matinal suinte des murs calcinés et tagués de gouttes de Nestlé dessert, des gueules enfarinées, poilues et vérolées se dirigent tout droit vers la sortie où quelques blaireaux les attendent pour prendre la Mauresque de 9 heures au comptoir du bistrot de la Dame de Chœur des grenouilles sans papiers !

Et sonne le glas de 10 heures. Les pieds hors du lit, frais en éventail.
Et le mystère est dans les vagues, jamais égal à lui-même.
C'est le naufrage d'une âme qui ne cesse de regarder dans les couleurs de la tempête.
Je tourne donc la tête de gauche à droite, les yeux collés à mes pensées nocturnes.
Verrais-je des formes creuses et vallonnées sur lesquelles ma main s'accroche à un morceau de papier.
J'ouvre le store, mes yeux décollent.
L'ange est parti laissant un petit mot sur l'oreiller.

« Pauvreté, branle-bas et chasteté »
Je rêve.

----------------------------------------------------

Mauresque : (Orgeat+casa version laiteuse pour les bad'eaux)

Copyright numéro 00048772-1

Copyright numéro 00048772-1
Vous êtes sur un site où le contenu est protégé. Les illustrations et les dessins originaux des poèmes se trouvent sur mes autres blogs

Rechercher dans ce blog une archive poétique

Les dix archives les plus consultés ces 30 derniers jours !

A comme Amour Recueil 1

A comme Amour Recueil 2

A comme Amour Recueil 3

A comme Amour Recueil 4

A comme Amour Recueil 5

A comme Amour Recueil 6

A comme Amour recueil 7

A comme Amour recueil 8

A comme Amour Recueil 9

A comme Amour Recueil 10

A comme Amour Recueil 11

A comme Amour Recueil 12

Copyright numéro 00051199-1

Copyright numéro 00051199-1
Copyright numéro 00051199-1 « A comme Amour Recueils 1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12 »