« Une poésie n’est-elle pas le seul endroit au monde où deux âmes étrangères peuvent se croiser intimement. »
Bienvenue sur mon blog... Mon nom de domaine a été piraté ou autre effet papillon ! Mais le contenu est préservé... Je tiens à remercier et salue encore toutes les personnes qui naviguent sur mes pages par bonheur et sans se noyer !
Vous trouverez sur ce site tous mes mots « poétiques » :
- Des proses et ou poésies d'amours, loufoques, tristes, engagés, satiriques , d'amitiés et autres...
- Des chansons à l'état brut.
- Des citations personnelles.
- Des lettres ouvertes.
- Des bas et des hauts.
Tous les écrits et dessins sont de ma plume à l'exception de certains dessins notifiés en bas du texte. Cependant je peux oublier certains détails car je ne suis qu'un « entremetteur » de mots et d'images... Certaines de mes illustrations utilisent des photos lors de mes montages graphiques dont je n'ai pas d'informations sur les auteurs, je reste dans ce cas ouvert pour les indiquer, si vous les connaissez (Nota : en bas du blog ou du texte, il y a les liens concernant ceux que j'aime suivre).

Tous mes poèmes

Nombres de poèmes et de commentaires publiés dans le blog

Nombre total de pages vues

mercredi

La cité interdite

Je me penche
Suis-je au-dessus de la mer
Ou bien sur la margelle
D’un fantasme à saborder
Par delà l'intense ignorance
Dans le domaine des larmes
Et du mourir de plaisir
Lorsqu'elle est combinée

Il y a celles qu'on reluque
Pétrit pince
Et parfois même qu'on claque
D'une petite tape
Parfois même à l'insu de son propriétaire
Une simple posture
Et la rosace se transforme
En un véritable appel à la révolution

Jouant sur le registre de l'ambiguïté
À ce jeu de cache-cache
Nous sommes deux
L'éventualité de ce vol
M'offre du piquant
Ô belle et bien cachée
Ne cessant de m'exciter
Le tocsin résonne
Dans la vallée infernale

Ces deux vigiles
M'ouvrent le portail
De la cité interdite
Bercée d'un vent tumultueux
Bâtie par les dieux
Je crois à la nuit
Dans un savant mélange
Lié autour de l'unique grain de sable

Perdu au centre étroit
Joyaux en prière enclos
Sous le flambeau de pierre
Griffes sorties pour combattre
La vallée assassine
De collines en marécage
Rongeant sans frein ses rondeurs
Des minutes durant
Mon donjon d'ores et déjà
S'imbrique dans la muraille
Se lovant doucement
Dans un plaisir d'absurde
Se glissant lentement
Dans l'œil de la folie

Les cris d'oiseaux
Enchantent l'assaillant
Quelque instant a suffi
Sous le joug implacable
D'une sentinelle avide
Pour pénétrer la cité interdite
Et mourir dans le cachot idéal 



23 commentaires:

  1. Tourterellejuin 25, 2014

    Vous avez mon aval qui rit ...
    Amical bonjour
    Tt

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. À la vache qui rit ou la chevauchée des Walkyries

      Supprimer
  2. L’esprit est la plus belle des citadelles, elle n’est pas à prendre car en perpétuel devenir.
    L’interdit est culturel, il est un monde parallèle…
    Merci James, j’aime vous lire !
    Amitiés !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci d'avoir saisi la clé
      de la cité

      Supprimer
  3. Perlenoirejuin 25, 2014

    La sensualité et l'érotisme déstabilisent on dirait alors que le porno ,le sexe pur et dur trouvent des adhérant
    En plus une femme qui parle sensualité et érotisme on la qualifie tout de suite de "pute"
    Moi j'aime écrire romance , sensualité et érotisme
    La vulgarité je déteste
    Chez toi l'érotisme reste poésie et art et j'apprécie de lire
    Le corps humain nu est œuvre d'art
    Le créateur est un artiste ! sourire
    Faut croire que l'intelligence ne fonctionne pas partout pareil
    les neurones travaillent mais pas pareil chez les uns et les autres MDR

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La poésie a tout les droits!
      Merci James beau partage

      Douce soirée poète
      Amitiés de Bourgogne

      Supprimer
    2. the right to say
      She must above say that the other can not or more

      Supprimer
  4. CocoDivinejuin 25, 2014

    simplement beau !!
    Erotisme poétique enchanteur !!
    .
    Cocooo

    RépondreSupprimer
  5. Ah coeur ! tu seras toujours hors la loi ...
    Très beau texte ...

    RépondreSupprimer
  6. Une vague de "notes" qui font légèrement pencher la tête vers des songes où l'interdit n'a de loi...

    RépondreSupprimer
  7. Intense mariage d'amour pianistique avec la poésie doucement balancée sur la vague !
    Belle ambiance vespérale, j'aime

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La clarté du soir n'engendre que du bonheur

      Supprimer
  8. Je me penche
    Suis-je au-dessus de la mer
    Ou bien sur la margelle
    D’un fantasme à saborder
    Par delà l'intense ignorance
    Dans le domaine des larmes
    Et du mourir de plaisir
    Lorsqu'elle est combinée

    bellement dite cette cité interdite

    b soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tesnim tu me connais...
      et reconnais !
      Par delà l'intense ignorance
      Virtuelle harmonie des sens

      Supprimer
  9. La beauté du texte et la musique me laisse sans voix
    quoi dire...Que j'aime
    Bonne soirée James

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ne pas trop s'enflammer pour en garder sous le pied

      Supprimer
  10. FLORABATEAUMOTSjuillet 02, 2014

    La cité interdite,merci pour le partage de cette symbiose musicale d'un piano lié aux notes de votre écrit.Magnifique, j'apprécie.

    La fontaine de larmes jaillit les perles de nos plaisirs dans l'océan sonore de nos désirs interdits.

    Nos rosaces brodent les jours de nos instants fugaces sur la ligne mélodique des notes interdites.

    L'unique grain de sable apporte toute sa saveur à la sécheresse du désert interdit.

    Encerclé de trois cirques, le cachot idéal s'ouvre aux oiseaux.
    Nul besoin de se cacher pour mourir dans la cité interdite.

    Mourir d'amour sur les touches blanches et noires du piano interdit.


    Dans l'enclos, le volcan se réveille, c'est la fournaise,la braise se met à son aise. Température interdite.



    Flora

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. felisitasyon pour ce tour de force au-dessus de la fournaise
      renmen que tu es

      Supprimer
    2. felisitasyon pour ce tour de force au-dessus de la fournaise
      renmen que tu es

      Supprimer
  11. Merci pour ce beau partage.

    Belle journée

    RépondreSupprimer
  12. Tots dos guàrdies m'obri la porta de la Ciutat Prohibida

    Lunaire
    Face débridée d'une conquête
    souvent condamné
    par l'âme soeur
    et si fort lorsque la manière use le fer
    avec l'art et la manière

    RépondreSupprimer
  13. Pourquoi saborder le fantasme...


    Tu es maître dans l'ambiguïté et ta poésie enchante celui ou celle qui veut voyager

    Merci James

    Christine

    RépondreSupprimer

Copyright numéro 00048772-1

Copyright numéro 00048772-1
Vous êtes sur un site où le contenu est protégé. Les illustrations et les dessins originaux des poèmes se trouvent sur mes autres blogs

Rechercher dans ce blog une archive poétique

Les dix archives les plus consultés ces 30 derniers jours !

A comme Amour Recueil 1

A comme Amour Recueil 2

A comme Amour Recueil 3

A comme Amour Recueil 4

A comme Amour Recueil 5

A comme Amour Recueil 6

A comme Amour recueil 7

A comme Amour recueil 8

A comme Amour Recueil 9

A comme Amour Recueil 10

A comme Amour Recueil 11

A comme Amour Recueil 12

A comme Amour Recueil 13

Copyright numéro 00051199-1

Copyright numéro 00051199-1
Copyright numéro 00051199-1 « A comme Amour Recueils 1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12 »