« Une poésie n’est-elle pas le seul endroit au monde où deux âmes étrangères peuvent se croiser intimement. »
Bienvenue sur mon blog... Mon nom de domaine a été piraté ou autre effet papillon ! Mais le contenu est préservé... Je tiens à remercier et salue encore toutes les personnes qui naviguent sur mes pages par bonheur et sans se noyer !
Vous trouverez sur ce site tous mes mots « poétiques » :
- Des proses et ou poésies d'amours, loufoques, tristes, engagés, satiriques , d'amitiés et autres...
- Des chansons à l'état brut.
- Des citations personnelles.
- Des lettres ouvertes.
- Des bas et des hauts.
Tous les écrits et dessins sont de ma plume à l'exception de certains dessins notifiés en bas du texte. Cependant je peux oublier certains détails car je ne suis qu'un « entremetteur » de mots et d'images... Certaines de mes illustrations utilisent des photos lors de mes montages graphiques dont je n'ai pas d'informations sur les auteurs, je reste dans ce cas ouvert pour les indiquer, si vous les connaissez (Nota : en bas du blog ou du texte, il y a les liens concernant ceux que j'aime suivre).

Tous mes poèmes

Nombres de poèmes et de commentaires publiés dans le blog

Nombre total de pages vues

mardi

À l'heure où j'écris ses lignes

Je me réveille au son strident
De l’alarme de mon mal être
L’unique son qui m’extirpe
De ce gouffre nocturne
Au plafond touchant le sol
Les murs mes oreilles
À l'heure où j'écris ses lignes

Les yeux encore gorgés de larmes
Je suis en tête à tête
Entre nuages et source
Avec le monde du vide
Tous les oiseaux ont quitté le ciel
Les poissons la rivière
À l'heure où j'écris ses lignes

Nous sommes tous des jouets de la vie
Il faut que j'aille au fond de l'inconnu
Pour déchiffrer un nouveau sens
Une nouvelle dimension
À la vie à nos vies à la mienne
Pour préserver le lien
À l'heure où j'écris ses lignes

Pour sauver son âme
Sans oublier celles des autres
Il faut espérer le meilleur
Pour ne pas s'en rendre compte
Et prendre ce qui vient
C'est sans doute ça le bonheur
À l'heure où j'écris ses lignes

Le vide est une substance illicite
Vide que l'on redoute tous
Qu’isole le processeur humain
Toutes ses choses simples
Qui nous font tenir debout
Qui nous font rire et pleurer
À l'heure où j'écris ses lignes

J'ai hâte de lui peindre
Le noir en rose
Le gris en bleu
La mort en aventure
Je dois me libérer
Pour m'affranchir du vide
À l'heure où j'écris ses lignes

De l'émotion négative
Ce mouvement n'est pas d'effacer
D'effacer l'autre ou la souffrance
Mais juste de la traverser
De lui parler la caresser
À l'heure où j'écris ses lignes
Elle vient de nous quitter

*
À Élisabeth S.

*
 

27 commentaires:

  1. je m'en doutais
    oh tristesse

    RépondreSupprimer
  2. glaceur d'os! brrr

    déjà qu'il fait froid!

    un brin d'astre corse pour vous réchauffer

    @+

    RépondreSupprimer
  3. Un peu sombre aujourd'hui?

    merci James du partage

    Amitié

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le jour J où le sol se dérobe sous nos pieds pour vivre ailleurs

      Supprimer
  4. Magnifique, poignant, troublant, pathétique, sublime!


    Nous sommes tous des jouets de la vie
    Il faut que j'aille au fond de l'inconnu
    Pour déchiffrer un nouveau sens
    Une nouvelle dimension
    À la vie à nos vies à la mienne
    Pour préserver le lien
    À l'heure où j'écris ses lignes

    RépondreSupprimer
  5. Une douce soirée James...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les heures passent comme un courant d'air sous une porte

      Supprimer
  6. peins lui...
    Le noir en rose
    Le gris en bleu...
    Que la mort soit une aventure dans un monde meilleur...

    RépondreSupprimer
  7. DaliaEceteradécembre 04, 2013

    Du réalisme à l'expressionnisme

    Nous sommes tous des jouets de la vie
    Il faut que j'aille au fond de l'inconnu
    Pour déchiffrer un nouveau sens
    Une nouvelle dimension
    À la vie à nos vies à la mienne
    Pour préserver le lien
    À l'heure où j'écris ses lignes

    RépondreSupprimer
  8. c'est très beau
    et cette sensation qu'il se passe quelque chose au moment même où tu écris
    les synchronicités de la vie
    à l'heure où j'écris ces lignes

    combien de fois ai-je pressenti ce qui se passait en disant: on dirait que le temps s'arrête et la montre s'arrête, le téléphone sonne et quelqu'un vient de mourir

    RépondreSupprimer
  9. Cependant, disait Lao-Tseu, que ferions-nous sans le vide ?

    RépondreSupprimer
  10. très touchant et bien écrit

    RépondreSupprimer
  11. Comme il est triste ce Poème James ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le rose comme le noir sont des couleurs complémentaires

      Supprimer
  12. Syntax_Errordécembre 06, 2013

    Un coup de cœur et dans le laptop à la lecteur de ce prénom. Décontenancé !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des coups mortels où d'autres statuent l'équilibre

      Supprimer
  13. Belle oraison funèbre, empreinte de douleur et de retenue

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous ne retenons pas la nuit c'est elle qui souhaite rester avec nous lorsque le soleil ne veut plus nous éclairer

      Supprimer
  14. C'est superbe, émouvant, tellement bien écrit
    amitiés james

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci. C'est quand nous sommes au pied du mur que nous trouvons des ressources pour le franchir, c'est ni avant ni après...

      Supprimer
  15. Bonjour James Px,
    Texte très émouvant, le chagrin déstabilise tellement !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si la texture du temps est toujours la même celle de la vie avec ses joies et peines bouleverse.

      Supprimer
  16. Des mots qui expriment le doute, la tristesse,
    Et le réconfort que le poète nous offre
    Avec sa palette de couleurs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un poète est avant tout un être sensible mais qui a cette faculté de retranscrire la vie avec un œil qui nous décolle un instant de notre quotidien qui soit beau ou laid...

      Supprimer
  17. Rentypoésiefévrier 06, 2014

    Très beau texte qui génère une réelle émotion, un frisson indescriptible.
    La substance du vide supprime les couleurs et serre le cœur.
    Funambule suspendu au néant qui cherche le sens des choses.
    Mal vivre subi que l'on voudrait repeindre en rose...
    Francis

    RépondreSupprimer

Copyright numéro 00048772-1

Copyright numéro 00048772-1
Vous êtes sur un site où le contenu est protégé. Les illustrations et les dessins originaux des poèmes se trouvent sur mes autres blogs

Rechercher dans ce blog une archive poétique

Les dix archives les plus consultés ces 30 derniers jours !

A comme Amour Recueil 1

A comme Amour Recueil 2

A comme Amour Recueil 3

A comme Amour Recueil 4

A comme Amour Recueil 5

A comme Amour Recueil 6

A comme Amour recueil 7

A comme Amour recueil 8

A comme Amour Recueil 9

A comme Amour Recueil 10

A comme Amour Recueil 11

A comme Amour Recueil 12

Copyright numéro 00051199-1

Copyright numéro 00051199-1
Copyright numéro 00051199-1 « A comme Amour Recueils 1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12 »