« Une poésie n’est-elle pas le seul endroit au monde où deux âmes étrangères peuvent se croiser intimement. »
Bienvenue sur mon blog... Mon nom de domaine a été piraté ou autre effet papillon ! Mais le contenu est préservé... Je tiens à remercier et salue encore toutes les personnes qui naviguent sur mes pages par bonheur et sans se noyer !
Vous trouverez sur ce site tous mes mots « poétiques » :
- Des proses et ou poésies d'amours, loufoques, tristes, engagés, satiriques , d'amitiés et autres...
- Des chansons à l'état brut.
- Des citations personnelles.
- Des lettres ouvertes.
- Des bas et des hauts.
Tous les écrits et dessins sont de ma plume à l'exception de certains dessins notifiés en bas du texte. Cependant je peux oublier certains détails car je ne suis qu'un « entremetteur » de mots et d'images... Certaines de mes illustrations utilisent des photos lors de mes montages graphiques dont je n'ai pas d'informations sur les auteurs, je reste dans ce cas ouvert pour les indiquer, si vous les connaissez (Nota : en bas du blog ou du texte, il y a les liens concernant ceux que j'aime suivre).

Tous mes poèmes

Nombres de poèmes et de commentaires publiés dans le blog

Nombre total de pages vues

vendredi

À la frontière de l'aube

Chair contre chair
Combustible d'un parfum
Te souviens-tu
Dans l'erg d'un transfert
Du bouleversement dans ton corps
Et comment nos cœurs
Semblaient flotter avec le vent
Encore et encore
Hors du temps

Je l’avais gouté
Sous les dernières étoiles
Où ta brûlante cicatrice 
M'entraînait au travers de l’air
Vers la voie de l'amour
C'est les cheveux entremêlés
Le choc des fémurs
Toujours une main dans la nuit
Et l'autre dans le jour
La tête dans l’étrange atmosphère
Où cohabitaient
Charbon de bois et perce-neige
Cette chose dans l'insoluble lumière
À la frontière de l'aube
Où le plafond et le plancher
Déversaient leurs odeurs chaudes
Innocents nous baisions librement
Sans aucun jugement

Chair contre chair
Combustible d'un parfum
Te souviens-tu
Dans l'erg d'un transfert
Du bouleversement dans ton corps
Et comment nos cœurs
Semblaient flotter avec le vent
Encore et encore
Hors du temps

Et nus
Dans ce nid suspendu
Au jour de plus en plus court
Combien de temps
Pourras-tu être un volet
Protégeant de la bise
Combien de temps
Pourras-tu être un rai vertical
Éclairant l'horizon obscur
Combien de temps
Pourras-tu atténuer le soleil
De l'ombre de ma main
Intercepter les foudres bleues
Et apporter l'amour dans le monde
Toi qui a la beauté
D’un jardin allongé
La tête d’une fleur
Le corps d'un arbre
Et moi qui veux sentir le parfum de l’un
Et saisir la longévité de l’autre
Tu me souris et me retiens
Mais pour combien de temps encore

Chair contre chair
Combustible d'un parfum
Te souviens-tu
Dans l'erg d'un transfert
Du bouleversement dans ton corps
Et comment nos cœurs
Semblaient flotter avec le vent
Encore et encore
Hors du temps

L'amour
C'est comme avec la vie
Tu dois battre le vent pour avancer
Et suivre son sillon
Pour ne pas tomber
Chair contre chair
Combustible d'un parfum
Te souviens-tu


21 commentaires:

  1. Une superbe prière d'amour où espoir et peur de perdre l'être aimé se mêlent et se complètent de façon bouleversante ! j'adore!
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Suite au com ça me rappelle
      que la prière d'amour devrait être la clef du matin et le verrou du soir... Ouais
      j'ai un passe...

      Supprimer
  2. Un corps à corps aux effluves d'amour.
    Une bulle dans le temps formée par l'osmose des sens, des coeurs, des désirs.
    Un défi bien joliment relevé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. on ne peut pas s'aimer dans une bulle quoique

      Supprimer
  3. entre souvenirs et rêves ... l'aube semble éternelle

    l'amour trace de jolis sillons

    merci James pour ce plaisir de lecture

    +v

    amitiés

    Christine

    RépondreSupprimer
  4. Qu'y a-t-il de plus beau que ces mots d'amour, cette sensualité, ces souvenirs remplis de douceur et de bonheur.

    Amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. La suite
      La suite peut-être encore plus belle

      Supprimer
  5. ‘A la frontière le l'aube’
    de l’eau jaillissait entre les pierres
    elle avait traversé au matin la rivière
    et avait atteint l’extrémité de la forêt
    dans cette watt-heure elle s’était parée
    de molasse de grès et de perles de rosée

    J’ai relu plusieurs fois le poème et
    ... Toi qui a la beauté
    D’un jardin allongé
    La tête d’une fleur
    Le corps d’un arbre...
    Est un beau regard que vous portez sur elle
    Jane

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Avant de perdre la lumière je profite de la vue

      Supprimer
  6. Gérard du 24novembre 07, 2014

    Bonsoir CeriseGato.

    Que de tendresse et volutpté.
    Belle lecture.

    *** soleill ***
    Bonne soirée.
    Amicalement.
    Gérard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Contrairement à Baudelaire je dirais que la volupté unique et suprême de l'amour gît dans la certitude de faire d'abord du bien le mal étant une affaire de distance

      Supprimer
  7. Belle sensualité et grande délicatesse des mots fort bien choisis et posés : j'ai aimé ma lecture conçmue comme une chanson douce et prégnante
    Amitiés
    Lucienne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je reprends une citation de Michel Audiard ...
      « La délicatesse est une façon de parler et l’amour une façon de faire. »

      Supprimer
  8. " te souviens tu "
    une phrase phare,

    merci

    Lynda

    RépondreSupprimer
  9. Magnifique lecture
    merci James
    j'aime particulièrement ceci

    "L'amour
    C'est comme avec la vie
    Tu dois battre le vent pour avancer
    Et suivre son sillon
    Pour ne pas tomber
    Chair contre chair
    Combustible d'un parfum
    Te souviens-tu"

    Merci et douce fin d'après midi
    Amitié et bise de Bourgogne

    RépondreSupprimer
  10. Patricia-LaTarzannenovembre 19, 2014

    🍁🌷🍁🌷🍁🌷🍁🌷🍁🌷🍁🌷🍁🌷🍁🌷🍁🌷🍁🌷🍁🌷🍁🌷🍁🌷🍁

    COUP DE COEUR ... pour
    ""Et toujours nus
    Dans ce nid suspendu
    Au jour de plus en plus court
    Combien de temps
    Pourras-tu être un volet
    Protégeant de la bise
    Combien de temps
    Pourras-tu être un rai vertical
    Éclairant l'horizon obscur
    Combien de temps
    Pourras-tu atténuer le soleil
    De l'ombre de ma main
    Intercepter les foudres bleues
    Et apporter l'amour dans le monde""

    merci pour le partage
    ßonjour et ßonne fin de journée

    Patricia

    🍁🌷🍁🌷🍁🌷🍁🌷🍁🌷🍁🌷🍁🌷🍁🌷🍁🌷🍁🌷🍁🌷🍁🌷🍁🌷🍁

    RépondreSupprimer
  11. merci d'avoir relever ce défi avec grâce et originalité! j'ai apprécié

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une réplique de Simone de Beauvoir...
      « Le couple heureux qui se reconnaît dans l’amour défie l’univers et le temps ; il se suffit, il réalise l’absolu. »

      Supprimer
  12. « Magnifique James, j'insiste écrire l'amour te va bien. »

    RépondreSupprimer

Copyright numéro 00048772-1

Copyright numéro 00048772-1
Vous êtes sur un site où le contenu est protégé. Les illustrations et les dessins originaux des poèmes se trouvent sur mes autres blogs

Rechercher dans ce blog une archive poétique

Les dix archives les plus consultés ces 30 derniers jours !

A comme Amour Recueil 1

A comme Amour Recueil 2

A comme Amour Recueil 3

A comme Amour Recueil 4

A comme Amour Recueil 5

A comme Amour Recueil 6

A comme Amour recueil 7

A comme Amour recueil 8

A comme Amour Recueil 9

A comme Amour Recueil 10

A comme Amour Recueil 11

A comme Amour Recueil 12

A comme Amour Recueil 13

Copyright numéro 00051199-1

Copyright numéro 00051199-1
Copyright numéro 00051199-1 « A comme Amour Recueils 1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12 »