« Une poésie n’est-elle pas le seul endroit au monde où deux âmes étrangères peuvent se croiser intimement. »
Bienvenue sur mon blog... Mon nom de domaine a été piraté ou autre effet papillon ! Mais le contenu est préservé... Je tiens à remercier et salue encore toutes les personnes qui naviguent sur mes pages par bonheur et sans se noyer !
Vous trouverez sur ce site tous mes mots « poétiques » :
- Des proses et ou poésies d'amours, loufoques, tristes, engagés, satiriques , d'amitiés et autres...
- Des chansons à l'état brut.
- Des citations personnelles.
- Des lettres ouvertes.
- Des bas et des hauts.
Tous les écrits et dessins sont de ma plume à l'exception de certains dessins notifiés en bas du texte. Cependant je peux oublier certains détails car je ne suis qu'un « entremetteur » de mots et d'images... Certaines de mes illustrations utilisent des photos lors de mes montages graphiques dont je n'ai pas d'informations sur les auteurs, je reste dans ce cas ouvert pour les indiquer, si vous les connaissez (Nota : en bas du blog ou du texte, il y a les liens concernant ceux que j'aime suivre).

Tous mes poèmes

Nombres de poèmes et de commentaires publiés dans le blog

Nombre total de pages vues

mardi

L'orient express

Le long d’un rail en sursis
La libellule se fixe
Sous le soleil de la colline
Au-dessus de la prison
Dans la sérénité d’un saint sans esprit

La vraie télé réalité
Serait de la filmer
En train de chercher l’île job
Dans l’épaisse distance
Et non pas de filmer ses crimes
Sans profondeur dans l'air d’un transit
Sur des îles noires
Poignard à la main

De petites âmes perdues dorment autour d’elle
Au-dessus du sable 
La libellule stationne et observe
Chaque cœur se débattre
Chaque nuance de peau blêmir

La vraie télé réalité
Serait de s’occuper de l’errance juvénile
En train de se convertir à la guillotine
À la fois si distante et si proche
Hors de la rumeur changeante
Où la jeunesse amassée crève
Dans la brume étrangère
Sans voir la tendre lumière de la vie

Imperturbable 
Comme une étoile sans lueur
La libellule traverse les corps
Où la terreur est douce
Comme une plume trop silencieuse

La vraie télé réalité
Serait d’éduquer et de renverser
L’inculture envahissante
Peu de recettes induites à l’avenir
Fleurissent au comptoir des loges
Le miroir de l’autre monde 
Renvoie ses ombres
D'os et de chair et des maisons
Les mères crient leurs noms

Désormais la libellule armée de sorcellerie
Maîtrise l’art du siège et de la guerre
Pour les plus chanceux 
L’orient s’arrêtera à la frontière
Et continueront à jouer avec Stormfall

Adieu télé réalité
Bonjour ma perle mon ombrelle mon amour
Réjouissons-nous
Les bons programmes se couchent tard
Le sang ne coulera plus chez nous
L’abus d’images est dangereux pour la santé
Désormais nous pouvons nous saouler
Le train sifflera trois fois avant notre fin




30 commentaires:

  1. J'adore tout simplement
    Merci James du partage
    Bise et amitié de Bourgogne
    A

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Choisir le bon trajet
      Pour toucher les sommets
      Pour voyager dans l'air du temps
      Sans finir sur un tapis volant

      Attentif aux changements radicaux
      La puce n'est plus l'oreille du berceau
      Mais dans les yeux il faut réagir
      Avant de vomir et de mourir

      Supprimer
  2. Je suis revenue voir la vidéo
    Elle est magnifique
    Merci poète et douce après midi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a pas que la poésie qui soit belle...

      Merci !

      Supprimer
  3. fleurdepoireaunovembre 25, 2014

    ma perle mon ombrelle mon amour
    comme cette libellule change et devient tendreté amour légèreté

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une évolution sereine
      Nous pouvons le croire

      Supprimer
  4. je retiens
    sur sa faim



    sourire
    b soirée

    RépondreSupprimer
  5. L'amour : une réalité à confondre

    RépondreSupprimer
  6. Une nouvelle pépite. Je m'étonne vraiment que personne ne commente plus... JamesPx. est plus qu'un poète : un artiste !
    Je suis fan !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'avais oublié celui là qui me tient tant à coeur
      hector merci encore...
      C'est bien connu on garde le meilleur poUr la fin...

      Supprimer
  7. une impression trouble en relisant vos mots... amplifiée par la mélodie

    peut-être la sorcellerie de cette libellule...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La libellule est-elle revenue ou a-t-elle disparu
      l'histoire nous le dira peut-être...

      Supprimer
  8. En venant vous lire je pensais m'évader aux douces lueurs d'un train de rêve.... en vous lisant, je vois les rêves interdits de trop nombreuses petites libellules...

    texte très profond...merci à vous de ce partage

    Sourire de Clem*

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans le fond ça pue
      remontons tous à la surface
      et laissons-y
      La misère et les salauds

      Supprimer
  9. Un contraste troublant entre la réalité de sang et de larmes et cette quête de paix ... très beau!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'ambiguïté est à l'intérieur de chacun de nous.

      Supprimer
  10. Un étrange paradoxe que cette dualité entre l'horreur d'une vie de sang, de souffrance et cette volonté de trouver la paix, la sérénité, la douceur et la beauté.
    J'aime beaucoup.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un portrait d'une L perdue dans son vol Avenir ou sans...
      qui cherche racine
      ou qui cherche la bonne terre
      quitte à commettre le pire comme le meilleur...
      Une L jihadiste ou une L de tous les jours.

      Supprimer
  11. CARPE DIEMmars 19, 2015

    un texte poétique saisissant de vérités ! les mots pour le dire sont puissants et raisonnent encore dans ma tête après lecture ! De graves messages sont passés, Cerisegato et j'aime particulièrement cette strophe relevée entre toutes :
    "La vraie télé réalité
    Serait de s’occuper de l’errance juvénile
    En train de se convertir à la guillotine
    À la fois si distante et si proche
    Hors de la rumeur changeante
    Où la jeunesse amassée crève
    Dans la brume étrangère
    Sans voir la tendre lumière de la vie"
    Elle me touche beaucoup celle-ci parce que je m'inquiète de l'avenir des jeunes mais quel sera-t-il ? En ont-ils un seulement vu les dégâts déjà occasionnés ?
    Merci pour cette plume incisive qui parle sans tabou de cette télé-réalité effrayante et inquiétante pour la jeunesse actuelle
    Amitiés

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'écrirai tant que la pluie n'aura pas noyé le poisson scie
      Je repars vers la bête et le souverain
      entre deux plats c'est bientôt midi

      Supprimer
  12. un écrit que j'ai lu et relu
    un train aux dures et fâcheuse réalités d'un monde
    Un écrit à méditer dans ses profondeurs
    Bravo
    Amicalement
    Ferhat

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Rien n'est simple lorsque la pensée s'illumine pendant que l'on marche.
      Le monde en 30 ans a évolué si vite que plus personne contrôle réellement ses propres mouvements et pensées
      Je suis en accord lorsque Duhammel dit que l'action ne remplace pas la méditation
      cependant ne pas oublier que l'un ne va pas sans l'autre...
      Et j'ai comme l'impression qu'aujourd'hui
      le monde des ficelles qui tiennent les pantins l'oublie...
      Il médite sans agir ou il agit sans méditer
      En tout les cas s'il médite ou agit c'est par intérêt pur...
      L'individualisme est de rigueur malgré les moyens illimités de communications que nous avons
      nous n'avons jamais été aussi monologue... Le nombril de nous même...
      Je crois au clan car par le clan on résistera à l'ogre qui voudrait nous dévorer.

      Supprimer
  13. difficile de dire pour moi si ce texte est "poétique" mais il est sûr que le monde actuel ne nous y conduit pas... vers la poésie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'orient express est un de ses parfums contemporains qui me fait réagir et écrire...
      La poésie n'est qu'un véhicule
      où voyagent la beauté l’amour la douleur...
      dans lequel j'oublie les principes de ses vieux os
      sans pour autant oublier une certaine prosodie...
      Celle qui provoque l'émotion et le sens

      Supprimer
  14. L’homme-libellule

    Celui qui vole en rayonnant
    Sur les rus ruisselants
    Dans l’ombre frissonnante
    Des roselières en fleur

    Celui qui dit je t’aime
    Derrière la barrière
    De sa main cachottière
    Avec un petit rire
    Maladroit

    Celui qui sous-entend
    La musique pianante
    D’une danseuse nue
    Sur un parquet flottant

    Celui qui dit ma mie
    Qui peint avec ses lèvres
    Des visages d’enfants
    Et des voiles de vierges

    Mon homme-libellule
    Doré dans le couchant
    Comme un cheval nimbé
    Au sommet du grand champ

    Qui jette son licou
    Et pleure lentement.

    Marine
    2 octobre 2014

    RépondreSupprimer
  15. Un texte haletant qui ne déraille à aucun moment, n’en pas descendre en cours de route

    RépondreSupprimer

Copyright numéro 00048772-1

Copyright numéro 00048772-1
Vous êtes sur un site où le contenu est protégé. Les illustrations et les dessins originaux des poèmes se trouvent sur mes autres blogs

Rechercher dans ce blog une archive poétique

Les dix archives les plus consultés ces 30 derniers jours !

A comme Amour Recueil 1

A comme Amour Recueil 2

A comme Amour Recueil 3

A comme Amour Recueil 4

A comme Amour Recueil 5

A comme Amour Recueil 6

A comme Amour recueil 7

A comme Amour recueil 8

A comme Amour Recueil 9

A comme Amour Recueil 10

A comme Amour Recueil 11

A comme Amour Recueil 12

Copyright numéro 00051199-1

Copyright numéro 00051199-1
Copyright numéro 00051199-1 « A comme Amour Recueils 1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12 »