« Une poésie n’est-elle pas le seul endroit au monde où deux âmes étrangères peuvent se croiser intimement. »
Bienvenue sur mon blog... Mon nom de domaine a été piraté ou autre effet papillon ! Mais le contenu est préservé... Je tiens à remercier et salue encore toutes les personnes qui naviguent sur mes pages par bonheur et sans se noyer !
Vous trouverez sur ce site tous mes mots « poétiques » :
- Des proses et ou poésies d'amours, loufoques, tristes, engagés, satiriques , d'amitiés et autres...
- Des chansons à l'état brut.
- Des citations personnelles.
- Des lettres ouvertes.
- Des bas et des hauts.
Tous les écrits et dessins sont de ma plume à l'exception de certains dessins notifiés en bas du texte. Cependant je peux oublier certains détails car je ne suis qu'un « entremetteur » de mots et d'images... Certaines de mes illustrations utilisent des photos lors de mes montages graphiques dont je n'ai pas d'informations sur les auteurs, je reste dans ce cas ouvert pour les indiquer, si vous les connaissez (Nota : en bas du blog ou du texte, il y a les liens concernant ceux que j'aime suivre).

Tous mes poèmes

Nombres de poèmes et de commentaires publiés dans le blog

Nombre total de pages vues

vendredi

À l’ombre des jeux olympiques

Dans l’archipel du Goulag
Aux yeux du monde
Disparu dans les limbes Sibériennes
Je lis dans la pureté du froid
Alexandre Soljénitsyne
Qui se rallia à Poutine
Celui-là même qui l’avait torturé

Je ne comprendrai jamais les hommes
Les individus inclassables

À l’ombre des jeux olympiques
Détenues dans un camp
D’un pays démarchant son fiel
Derrière son rideau rouillé
Le fer est toujours là
Il y a des vieilles peaux
Comme des plus jeunes
Plissées par l’indignation
D’une cause féminine perdue

Décident-elles de protester
En se privant de nourriture

Condamnée à deux ans
Au travail forcé
Comme celles d’hier
Pour une prière punk anti-Poutine
Au milieu des cellules
Il y a cette jeune mère de famille
Maria Alekhina

Tout est gris aux alentours
La seule couleur
Est celle de son espérance
Avec toujours une nuance de gris
Qui s’accroche à la glace
Elle n’est qu’un fantôme
Dans un paradis de moisissures
Qui tapissent l’intérieur de son cœur

Son seul moyen de pression
Pour une libération anticipée
Est de coudre la moitié du jour
Pour une poignée de rouble
De ne pas se plaindre
Renoncer à ses derniers principes
Se taire et endurer
S'habituer dans l’archipel du Goulag
À l’ombre des jeux olympiques

La détermination a toujours le dernier mot
Avant ou après la mort
La liberté triomphe et supplie
De ne jamais baisser les bras
Le chant des partisans

 *

Maria Alekhina sera amnistiée
Par Poutine le 23 décembre 2013
Deux mois avant les jeux pour l’image
Elle déclara : « Je n'ai plus peur de rien ! »

 

10 commentaires:



  1. Paradoxe intolérable.
    Personne n'est dupe de ce Tsar qui rêve d'une grande Russie à sa botte.
    .

    RépondreSupprimer
  2. UNVOYAGEENPOESIEjanvier 17, 2014

    Et j'ai une pensée pour Anna Politkovskaïa

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Et toutes les autres en Afghanistan en Iran en Afrique... En France !

      Supprimer
  3. DaliaEceterajanvier 17, 2014

    L'engagement c'est bien
    Dommage qu'ici
    On préfère pleurer sur son chat
    et subir son homme
    et j'en passe et des plus incantatoires
    Bref !
    Viva libertad

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. No comprendo ni ruso ni español aunque

      Supprimer
  4. merdesilestwojanvier 17, 2014

    Bel écrit!
    pas plus de commentaires? que faut il à la poésie?
    merci James du partage
    Vote et amitié
    Mer des îles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne faut pas chercher à comprendre
      Ni à se travestir
      Il faut juste écrire
      En premier là où c'est utile

      Supprimer
  5. C’est bien de continuer de témoigner pour que la grande Russie soi, définitivement, libérer du communisme qui à pris une apparence libérale pour faire croire au monde que le communisme est mort.

    RépondreSupprimer
  6. La tyrannie prend parfois des formes bien diverses mais elle a toujours, partout et de tout temps la même nature : celle de la négation de la Liberté.
    Un texte à lire et relire encore.
    .

    RépondreSupprimer
  7. Il est triste de devoir tolérer de nos jours ces dictatures (dissimulées ou non). Le problème : quel serait le prix a payer pour changer ça ?
    Beau texte critique (qui assurément te vaudrait la prison ailleurs).
    .

    RépondreSupprimer

Copyright numéro 00048772-1

Copyright numéro 00048772-1
Vous êtes sur un site où le contenu est protégé. Les illustrations et les dessins originaux des poèmes se trouvent sur mes autres blogs

Rechercher dans ce blog une archive poétique

Les dix archives les plus consultés ces 30 derniers jours !

A comme Amour Recueil 1

A comme Amour Recueil 2

A comme Amour Recueil 3

A comme Amour Recueil 4

A comme Amour Recueil 5

A comme Amour Recueil 6

A comme Amour recueil 7

A comme Amour recueil 8

A comme Amour Recueil 9

A comme Amour Recueil 10

A comme Amour Recueil 11

A comme Amour Recueil 12

A comme Amour Recueil 13

Copyright numéro 00051199-1

Copyright numéro 00051199-1
Copyright numéro 00051199-1 « A comme Amour Recueils 1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12 »