« Une poésie n’est-elle pas le seul endroit au monde où deux âmes étrangères peuvent se croiser intimement. »
Bienvenue sur mon blog... Mon nom de domaine a été piraté ou autre effet papillon ! Mais le contenu est préservé... Je tiens à remercier et salue encore toutes les personnes qui naviguent sur mes pages par bonheur et sans se noyer !
Vous trouverez sur ce site tous mes mots « poétiques » :
- Des proses et ou poésies d'amours, loufoques, tristes, engagés, satiriques , d'amitiés et autres...
- Des chansons à l'état brut.
- Des citations personnelles.
- Des lettres ouvertes.
- Des bas et des hauts.
Tous les écrits et dessins sont de ma plume à l'exception de certains dessins notifiés en bas du texte. Cependant je peux oublier certains détails car je ne suis qu'un « entremetteur » de mots et d'images... Certaines de mes illustrations utilisent des photos lors de mes montages graphiques dont je n'ai pas d'informations sur les auteurs, je reste dans ce cas ouvert pour les indiquer, si vous les connaissez (Nota : en bas du blog ou du texte, il y a les liens concernant ceux que j'aime suivre).

Tous mes poèmes

Nombres de poèmes et de commentaires publiés dans le blog

Nombre total de pages vues

vendredi

Passion

Tous les chemins mènent à l’enfer
Lorsque l’on songe
Cœur enterré
Aux mauvais moments
Les mains froides
Oublions l’infortune

L'herbe court depuis qu'il y a un poète
Dans le champ des disparues
Sortie de l’œuf pendant qu'il est chaud
La paille séchée de son caractère
Au fond des étincelles
A réchauffé le nid
De sa robe a jailli la lumière
Sa peau est devenue un poème
Et sous mes yeux qui brûlaient depuis dans le vent
Comme d'autant d'ampoules de douleur
Le verre soufflé d’amertume s’est brisé
Un morceau de sa hanche m’a rejoint
Avec le sein de sa bénédiction
Sur la queue du piano jaillit
La silhouette de l’oubli
À la nuque chétive d'un hippocampe
Nul n’est inconsolable
Des notes bleues gémissent
L'exception n'est pas coutume
Ni dans la symphonie de son visage
Ni dans son ventre affamé
Qui avait perdu le goût de vivre
La passion a ses raisons

Rappelons le bonheur
Les mains chaudes
Aux bons moments
Cœur en plein air
Lorsque l’on vit
Tous les chemins mènent à l’amour
 
*
 
 

50 commentaires:

  1. merdesilestwojanvier 31, 2014

    Oui tout les chemins mènent à l'amour ,mais rare sont ceux qui mènent au vrai amour ! sourire

    Magnifique lecture toujours sur ta page James

    belle journée à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tous les chemins de la poésie mènent ici
      mais finissent tous par repartir ! sourire

      Supprimer
  2. "Chaque jour vers l'enfer nous descendons d'un pas." Charles Baudelaire...

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Les passions abaissent
      Les fleurs du mal
      Tapissent la terre
      La passion élève
      Et les fleurs du bien
      Fleurissent le ciel

      Supprimer
    2. Un illustre inconnu...

      ... rimailleurs à ses heures perdues...

      ... m'enfin, il me semble...

      ... je ne connais point trop les remplaçants...

      En s'élevant la passion risque de se fracasser sur une mouette...

      ... c'est ainsi que fanent les fleurs du bien...

      Supprimer
    3. Comment vivre sans inconnu devant soi...
      Aristote disait qu'il n'y a pas une méthode unique pour étudier les choses...
      J'en déduis que toute chose comme chaque homme sont uniques, le tout est de savoir où l'homme se situe par rapport à la chose... Le bien est de trouver la fleur avant qu'elle fane le mal serait d'abandonner !

      Supprimer
  3. Chaque jour vers le paradis nous monterons d'une note...

    RépondreSupprimer
  4. j'adore:"tous les chemins ménent à l'amour."

    Merci.

    Lynda

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut laisser la chose voyager là où il nous semblait impossible d'arriver c'est sans doute ça les chemins qui mènent à l'amour

      Supprimer
  5. Passion

    Il y a toujours des clous rouillés
    Sur les sentiers de l’impossible
    Des épines de fleurs tombées
    Qui trouent le centre immarcescible

    J’ai perdu toute force vive
    Le sang blanc coule de ma peau
    Nul n’apporte sa couverture
    Pour étouffer le feu de l’eau

    Je ramasse les clous à terre
    Pour me crucifier à jamais
    Me stigmatiser pour me taire
    Rouler le rocher de l’entrée.

    Marine
    29 octobre 2012

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ma collecte augmente mon blog s'enrichit tu seras toujours là !

      Supprimer
  6. Chemins, drôles de phénomènes qui mènent à des mouvements violents de l'âme qui en deux temps trois mouvements changent à jamais l'existence

    RépondreSupprimer
  7. I-am-your-lipsfévrier 01, 2014

    Un bonheur de douceur sensuel ce texte
    Chaque mots est un enchevêtrement vers l'autre ...

    SUBLIME

    Bisoux
    Bb...

    RépondreSupprimer


  8. James Px a écrit:
    Tous les chemins mènent à l’enfer
    Lorsque l’on songe
    Cœur enterré
    Aux mauvais moments
    Les mains froides
    Oublions l’infortune

    Ces quelques vers me touchent énormément. J'avais écris, il y a quelques temps déjà, un poème que j'avais intitulé le chemin de l'enfer : Le Chemin de l'Enfer
    Message Renard le Jeu 9 Jan - 21:07

    Revois-tu, au détour de ton âme,
    Le chemin abrupt de l’enfer ?
    Qui serpente de peu à peu
    Sur les pentes amères de ta vie ?

    D’alcool en folies multiples
    Je navigue sur de troubles océans
    Où je dérive sans jamais cesser
    Comme un navire peut sombrer.

    Je vois que s’avance vers moi
    Le chemin sinistre de l’enfer
    Mais c’est celui que j’ai choisis
    Comme un damné franchit le Styx
    J'y trouve comme un écho.

    En tout cas, j'apprécie beaucoup ton texte et surtout la chute :

    James Px a écrit:
    Lorsque l’on vit
    Tous les chemins mènent à l’amour

    Magistral !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis parti pour le lire
      et revenu pour vous le dire
      Merci

      Supprimer
  9. COOooll!! J'aime l énergie dégagée.
    Comme la force de percussion au moment du crash et puis de l'accident.
    J'adore pour tout dire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ça faisait un baille...
      il y a des parachutes non homologués
      mais on le sait une fois en l'air

      Supprimer
  10. Superbe. J'aime cette dualité entre amour et douleur qui est présente dans quasiment chacun de tes vers. Par contre, ton texte manque de ponctuation. On ne sait pas ou s'arrêter pour reprendre son souffle et les majuscules au débuts de chaque vers n'aident pas.
    Je n'ai pas encore gouter a cette madeleine de Proust, mais a la contempler a travers les yeux d'un poete, je lui donne deja une saveur particuliere...
    .

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Je ne vois pas d'autre modèle possible
      à moins de vivre dans l'imposture
      Oui la ponctuation
      je ne la mets jamais
      c'est de la poésie libre
      c'est comme un tableau la liberté offre plusieurs visions des choses
      après on retombe toujours à l'endroit où l'on est bien
      contemplatif

      Supprimer
  11. Un texte que j'apprécie fortement....en espérant que ta dernière strophe ne soit que vérité.....
    Amitié...Dan....

    RépondreSupprimer
  12. Wow, j'apprécie vraiment ton poème ~ Il est juste magique et on se met petit à petit dans ces vers bien arrangés...

    RépondreSupprimer
  13. Je vous ai lu et vous ai relu, c'est énigmatique à souhait comme toujours par chez vous. Vous avez un petit quelque chose de Blaise Cendrars, on ne comprend pas tout mais on lit, parce que c'est captivant, parce que dès les premiers mots on se sent happé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Écrire, ce n'est pas vivre. C'est peut-être survivre
      je ne sais pas, une chose de sûr, je ne fume pas !
      comme écrire est une vue de l'esprit. C'est un travail ingrat qui mène à la solitude.

      Supprimer
  14. Lorsque l’on vit
    Tous les chemins mènent à l’amour

    oui une fois éteint
    on vaut rien

    sourire
    b soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout dépend en quoi tu t'es incarné...

      Supprimer
  15. Allons à l'essentiel de la vie. L'amour est un chemin de bonheur

    J'aime

    RépondreSupprimer
  16. du poète s’élève ce monde imaginaire où la course du temps s'interrompt pour une pause mélodieuse et aseptisée de mots microbes qui empoisonnent notre quotidien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La poésie
      une désensibilisation sans antihistaminiques et corticoïdes
      contre les différentes manifestations néfastes de la vie...
      juste un vertige salutaire au pollen sucré et salé
      sans allergisant

      Supprimer
  17. Oui, il suffit d'être vivant pour s'appercevoir que tous les chemins mènent à l'amour ...!
    J'ai beaucoup aimé ma lecture !
    Amitiés - Gilda

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. une âme en peine
      qui continue à s'animer
      sous l'effet de sa propre volonté
      trouve toujours refuge dans l'amour
      quelque part

      Supprimer
  18. Lorsque l'on vit, là est l'essentiel déjà et quand on s'aperçoit de la chance que c'est on peut s'aventurer sur tous les chemins qui mènent à l'amour, et/ou à la passion de la vie.
    Un univers unique que le tien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je reprends Goethe la femme est l'unique vase qui nous reste encore où verser notre idéalité...

      Supprimer
  19. Humeur d'Ameoctobre 23, 2014

    Rappelons le bonheur
    Les mains chaudes
    Aux bons moments
    Cœur en plein air
    Lorsque l’on vit
    Tous les chemins mènent à l’amour


    des mots à relire encore et encore

    RépondreSupprimer
  20. Comment vivre sans amour? De très belles images et une superbe façon de jouer avec les mots

    J'adore !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La poésie n'est-ce pas un jeu... Où les règles sont aussi bien cloisonnées que libres :)
      Il y en a pour tous les goûts comme pour l'amour

      Supprimer
  21. Félicitation j'ai adoré

    RépondreSupprimer
  22. J'ai beaucoup aimé également la lecture de ce poème bien que je l'aie trouvé assez ésotérique dans son début,
    mais n'est-ce pas une des facettes de la poésie ?
    Par contre la dernière strophe m'a transportée dans le doux univers de l'amour.
    J'adore la musique qui l'accompagne.
    Merci à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'amour n'est pas mesurable à ce qu'il fait
      L'amour vient sans raison
      sans mesure
      et il repart de même...
      Tant à l'ésotérisme
      le poète n'est-il pas d'abord
      quelqu'un qui se parle à lui-même

      Supprimer
  23. je suis assez d'accord avec toi jamespx ! merci pour ce poème, il est superbe

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui si tu le sens tel quel...




      Alors cela sert à qq chose.... d'écrire


      merci

      Supprimer
  24. Réponses
    1. Un art d'aimer en toute liberté d'expression !

      Supprimer
  25. Vraiment excellent! j'aime particulièrement la première strophe...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'est-elle pas liée avec la dernière...

      Supprimer

Copyright numéro 00048772-1

Copyright numéro 00048772-1
Vous êtes sur un site où le contenu est protégé. Les illustrations et les dessins originaux des poèmes se trouvent sur mes autres blogs

Rechercher dans ce blog une archive poétique

Les dix archives les plus consultés ces 30 derniers jours !

A comme Amour Recueil 1

A comme Amour Recueil 2

A comme Amour Recueil 3

A comme Amour Recueil 4

A comme Amour Recueil 5

A comme Amour Recueil 6

A comme Amour recueil 7

A comme Amour recueil 8

A comme Amour Recueil 9

A comme Amour Recueil 10

A comme Amour Recueil 11

A comme Amour Recueil 12

A comme Amour Recueil 13

Copyright numéro 00051199-1

Copyright numéro 00051199-1
Copyright numéro 00051199-1 « A comme Amour Recueils 1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12 »