« Une poésie n’est-elle pas le seul endroit au monde où deux âmes étrangères peuvent se croiser intimement. »
Bienvenue sur mon blog... Mon nom de domaine a été piraté ou autre effet papillon ! Mais le contenu est préservé... Je tiens à remercier et salue encore toutes les personnes qui naviguent sur mes pages par bonheur et sans se noyer !
Vous trouverez sur ce site tous mes mots « poétiques » :
- Des proses et ou poésies d'amours, loufoques, tristes, engagés, satiriques , d'amitiés et autres...
- Des chansons à l'état brut.
- Des citations personnelles.
- Des lettres ouvertes.
- Des bas et des hauts.
Tous les écrits et dessins sont de ma plume à l'exception de certains dessins notifiés en bas du texte. Cependant je peux oublier certains détails car je ne suis qu'un « entremetteur » de mots et d'images... Certaines de mes illustrations utilisent des photos lors de mes montages graphiques dont je n'ai pas d'informations sur les auteurs, je reste dans ce cas ouvert pour les indiquer, si vous les connaissez (Nota : en bas du blog ou du texte, il y a les liens concernant ceux que j'aime suivre).

Tous mes poèmes

Nombres de poèmes et de commentaires publiés dans le blog

Nombre total de pages vues

lundi

Au-delà du sens

Je ne bois
Ni d'eau de rose
Ni d'eau bénite
Juste de l’eau de vie

Après une nuit arrosée
Sans étoiles ni bergers
Au milieu d’un banc de poison lune
À la barbe noire
Regard gonflé de côte-rôtie
Comme les voiles
D'une coquille de noix 
Échouée sur les griffes du Tigre
Je pars en prière
Avec le zombi vaniteux du désert
Du haut de son tapis violent
Il chante l'amour du sang
Un poil vierge entre les dents
Les mains sales
Et s'abreuve d’alcool néolithique

Ce passeur vertueux 
Debout sur son char Japonais
Comme Ben-Hur dans l'arène
La djellaba brodé de dents en or
Toujours l'œil huileux et chahuté
Me crie la corde raide et habitée
Cette paire de cloches
Rêverait d'une lapidation sculpturale
À la manière de Subodh Gupta
Roi contemporain du métal hurlant
Avant de finir d'appât sur une galère

Le chien aboie 
C'est le facteur qui passe
Je prends une petite cuillère en argent
Abandonnée dans un buffet
Depuis longtemps
Et la dépose dans le réfrigérateur
Quelques minutes
Enfin loin de ma torpeur
Refroidie je la sors
Et maintiens l'arrondie
Contre mes yeux pochés avec parcimonie
Soudain
Hier aujourd’hui demain
Se mélangent se tissent
Mes idées noires s’éclaircissent
À l’aube d’un cyprès
Et mes pores jouissent
Sans crier gare

Ce n'est pas un sketch qui fait rire
Ou qui enterrera la queue d'un croque mort
Me crie une bande de cigale skinhead
Rêve-t-elle d’un chanteur noir
Ou d'un nouveau cauchemar

Je ne bois
Ni d'eau de rose
Ni d'eau bénite
Juste de l’eau de vie





4 commentaires:

  1. très beau texte
    amicalement

    RépondreSupprimer
  2. Juste de l'eau de vie, de l'eau de réalité bien concrète.
    Un très beau texte.

    RépondreSupprimer
  3. _JamesPx_
    Le prêcheur en eau trouble parle à Marine

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour
    Le titre est accrocheur et à la finalité va bien avec le poème

    Merci pour le partage

    Laure

    RépondreSupprimer

Copyright numéro 00048772-1

Copyright numéro 00048772-1
Vous êtes sur un site où le contenu est protégé. Les illustrations et les dessins originaux des poèmes se trouvent sur mes autres blogs

Rechercher dans ce blog une archive poétique

Les dix archives les plus consultés ces 30 derniers jours !

A comme Amour Recueil 1

A comme Amour Recueil 2

A comme Amour Recueil 3

A comme Amour Recueil 4

A comme Amour Recueil 5

A comme Amour Recueil 6

A comme Amour recueil 7

A comme Amour recueil 8

A comme Amour Recueil 9

A comme Amour Recueil 10

A comme Amour Recueil 11

A comme Amour Recueil 12

A comme Amour Recueil 13

Copyright numéro 00051199-1

Copyright numéro 00051199-1
Copyright numéro 00051199-1 « A comme Amour Recueils 1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12 »