« Une poésie n’est-elle pas le seul endroit au monde où deux âmes étrangères peuvent se croiser intimement. »
Bienvenue sur mon blog... Mon nom de domaine a été piraté ou autre effet papillon ! Mais le contenu est préservé... Je tiens à remercier et salue encore toutes les personnes qui naviguent sur mes pages par bonheur et sans se noyer !
Vous trouverez sur ce site tous mes mots « poétiques » :
- Des proses et ou poésies d'amours, loufoques, tristes, engagés, satiriques , d'amitiés et autres...
- Des chansons à l'état brut.
- Des citations personnelles.
- Des lettres ouvertes.
- Des bas et des hauts.
Tous les écrits et dessins sont de ma plume à l'exception de certains dessins notifiés en bas du texte. Cependant je peux oublier certains détails car je ne suis qu'un « entremetteur » de mots et d'images... Certaines de mes illustrations utilisent des photos lors de mes montages graphiques dont je n'ai pas d'informations sur les auteurs, je reste dans ce cas ouvert pour les indiquer, si vous les connaissez (Nota : en bas du blog ou du texte, il y a les liens concernant ceux que j'aime suivre).

Tous mes poèmes

Nombres de poèmes et de commentaires publiés dans le blog

Nombre total de pages vues

vendredi

Hédonia

J'ai réfléchi durant de forêts en alpages
À travers champignons et nuages
Il s'agit de ne pas oublier
De redescendre sur terre
Concrétiser son château d'amour et de pierre
Voilà l'objectif de l'homme incarné
 L’évitement du déplaisir

L'insignifiance est enviable
Et semble tendre
Quand la douleur enterre toute éloquence
Et mon âme se métamorphose
En gratte ciel stratosphérique
Ma chambre est ombre chinoise
Suis-je le seul à la voir
Suis-je le seul à la toucher
Je suis le fil coton tressé rouge et noir
De la lampe de chevet
À l'abat-jour feuille d'été
Et tombe nez à nez avec un souvenir
Un souvenir inoubliable
Où l'amour ingérait mon sang
Et tout ce qui se présentait
Sous un délinéament réel

Le cyclopéen est invariable
Et semble brillant
Quand le plaisir déterre l'insouciance
Et mon corps se métamorphose
En charpente musicale
Mon lit est rouge à lèvre
Suis-je le seul à l'embrasser
Suis-je le seul à l'habiter
Tu as visité chaque matin mon réveil
Et une partie bien souvent oubliée
Mon être paraissait s'évaporer
D'une cicatrice hantée à l'idée
Sur ce que je ressentais
Comme le verso de mon ardeur
Une vie heureuse bien remplie
Vaut tous les narcotiques



7 commentaires:

  1. Alice Gauguinjuillet 17, 2015

    Alice Gauguin a noté Hédonia.

    RépondreSupprimer
  2. Une construction poético-philosophique intéressante...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Épicuria... Pat... Merci pour la proposition... Cependant sans le faire, je n'aime pas les épis encore moins les piqûres, surtout de rappel...
      L'évitement du plaisir ! Point barre sans alcool...

      Supprimer
  3. Très beau cheminement de la pensée pour une conclusion si vraie.
    un plaisir à lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Plaisir non partagé
      n’est plaisir qu’à moitié

      Supprimer
  4. oui tu es le seul à habiter ta vie
    c'est ce qui fait ton unicité, ton ipséité
    la profondeur ne te fait pas peur

    RépondreSupprimer

Copyright numéro 00048772-1

Copyright numéro 00048772-1
Vous êtes sur un site où le contenu est protégé. Les illustrations et les dessins originaux des poèmes se trouvent sur mes autres blogs

Rechercher dans ce blog une archive poétique

Les dix archives les plus consultés ces 30 derniers jours !

A comme Amour Recueil 1

A comme Amour Recueil 2

A comme Amour Recueil 3

A comme Amour Recueil 4

A comme Amour Recueil 5

A comme Amour Recueil 6

A comme Amour recueil 7

A comme Amour recueil 8

A comme Amour Recueil 9

A comme Amour Recueil 10

A comme Amour Recueil 11

A comme Amour Recueil 12

A comme Amour Recueil 13

Copyright numéro 00051199-1

Copyright numéro 00051199-1
Copyright numéro 00051199-1 « A comme Amour Recueils 1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12 »