« Une poésie n’est-elle pas le seul endroit au monde où deux âmes étrangères peuvent se croiser intimement. »
Bienvenue sur mon blog... Mon nom de domaine a été piraté ou autre effet papillon ! Mais le contenu est préservé... Je tiens à remercier et salue encore toutes les personnes qui naviguent sur mes pages par bonheur et sans se noyer !
Vous trouverez sur ce site tous mes mots « poétiques » :
- Des proses et ou poésies d'amours, loufoques, tristes, engagés, satiriques , d'amitiés et autres...
- Des chansons à l'état brut.
- Des citations personnelles.
- Des lettres ouvertes.
- Des bas et des hauts.
Tous les écrits et dessins sont de ma plume à l'exception de certains dessins notifiés en bas du texte. Cependant je peux oublier certains détails car je ne suis qu'un « entremetteur » de mots et d'images... Certaines de mes illustrations utilisent des photos lors de mes montages graphiques dont je n'ai pas d'informations sur les auteurs, je reste dans ce cas ouvert pour les indiquer, si vous les connaissez (Nota : en bas du blog ou du texte, il y a les liens concernant ceux que j'aime suivre).

Tous mes poèmes

Nombres de poèmes et de commentaires publiés dans le blog

Nombre total de pages vues

vendredi

Que reste-t-il

Les traits de plus en plus sombres
Le glacier laisse glisser son sac plein de terre
Et ses larmes au pied de son lit

J’ai tant capturé la beauté
Que mes poèmes en sont pleinement gorgés

Combien de temps pourrai-je être un rempart
Sur le parfum du passé
Je ne parlerai plus jamais à Dieu
Pauvre et blanc
Pour ne pas me trahir encore une fois

Avec les yeux de mon enfance
Je déchire le tableau noir
Et reste assis à admirer le paysage
Osant à peine respirer
Comme un animal blessé

Souvenir j’ai dû te tuer
Tu es mort avant que j’en ai eu le temps





 Le glacier le plus haut d'Europe, situé en Espagne, a déjà disparu… au début du XXe siècle.

Rapport complet au parc national de la Vanoise
Le Glacier de Gébroulaz s'étend entre 2600 et 3500 mètres sur le flanc nord de l'aiguille de Polset 
sur la commune de Méribel-les-allues.
Les bilans de masse cumulés et calculés depuis 1907 sont reportés sur la figure 4. Ils indiquent une forte décrue depuis le milieu des années 80 avec une accélération de cette décrue depuis 2003. Les années 2013 et 2014 marquent un palier après une perte de volume moyenne très marquée entre 2003 et 2012 (moyenne de -1.2 m/an). 
Depuis 1907, le glacier a perdu une lame d’eau de 26.3 m, soit 29.2 m de glace en moyenne sur toute sa surface 
Depuis 1987, il a perdu 18.6 m d’eau en moyenne sur toute la surface. 

Conclusions 
Le bilan de masse de l’année hydrologique 2013/2014 est peu négatif, égal à -0.27 m d’eau, soit -0.30 m de glace. C’est le bilan le moins déficitaire des 13 dernières années. 2013 et 2014 sont donc deux années de pause dans une série extrêmement déficitaires. Par exemple, le bilan de 2009 a frôlé -2.0 m d’eau. La variabilité interannuelle des bilans est importante. Même si globalement, les bilans de masse des glaciers alpins sont très sensibles aux températures estivales, deux années de bilans similaires ne sont pas forcément liées aux mêmes causes. Ainsi, en 2013, le bilan annuel peu négatif s’expliquait par une saison d’accumulation hivernale qui avait été intense et longue. Le stock de neige avait donc été long à fondre et le bilan annuel peu négatif (-0.35 m d’eau) malgré un été relativement chaud. En 2014 en revanche, le stock de neige hivernal n’a pas été exceptionnel (il a même été inférieur à la moyenne des 19 dernières années en zone d’accumulation) mais l’été qui lui a fait suite a été assez médiocre, avec peu d’ensoleillement. La fonte estivale a donc été réduite et le bilan annuel peu négatif (-0.27 m d’eau). Néanmoins, on peut noter, d’après les reconstitutions et restitutions photogrammétriques du 20ème siècle, que les bilans de masse sont fortement négatifs depuis le milieu des années 1980 avec une accélération sensible de cette perte depuis 2003. Les observations du glacier de Gébroulaz sont essentielles dans le cadre des recherches sur les relations glaciers-climat puisque ce glacier fait partie d’un Service d’Observation national (GLACIOCLIM), reconnu par l’Institut National des Sciences de l’Univers (du CNRS) et le Ministère de la Recherche (http://www-lgge.obs.ujf-grenoble.fr/ServiceObs/index.htm) et constitue l’une des plus longues séries d’observations dans les Alpes. A Saint Martin d’Hères, LGGE, le 27 Novembre 2014 Delphine SIX et Christian VINCEN.

19 commentaires:

  1. Bonjour,

    Votre poème est magnifique tant par l'écriture superbement aboutie que par la sensibilité exacerbée qui s’y déploie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as quitté le navire
      mais la terre est ronde
      et les vagues des océans
      se rejoignent toutes
      un jour ou l'autre
      Merci à plus

      Supprimer
  2. tu déchires le tableau noir et vois la beauté que tu retransmets dans tous tes vers.
    Tu peins la beauté présente.
    Un plaisir à lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Je déchire le tableau noir
      car la poésie est une mantille
      de dentelle noire
      ou de soie noire
      qu'elle cache tout
      et qu'elle exige un effort
      pour en dévoiler le sujet
      ou et le message

      Supprimer
  3. Alice Gauguinseptembre 18, 2015

    Alice Gauguin Bis a noté Que reste-t-il.

    RépondreSupprimer
  4. Bravo au coeur qui a su contenir ses Bat_ment !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est avec beaucoup de plaisir que j'ai lu votre com !

      Supprimer
  5. istina a noté Que reste-t-il.

    RépondreSupprimer
  6. les souvenirs ne devraient pas mourir, du moins pas avant nous

    RépondreSupprimer
  7. Valérie Naelleseptembre 19, 2015

    Magnifique et profond... Il n'y pas de mots justes et précis pour d'écrire vos poèmes. Je viens les lire de temps à autre et cela est vraiment très apaisant. Merci de nous faire partager toutes vos émotions.

    RépondreSupprimer
  8. « J'aime beaucoup ce que vous écrivez, surtout n'abandonnez pas ;0) »

    RépondreSupprimer
  9. je ne suis pas sur que l'analogie avec un glacier glissant son sac plein de terre soit des plus heureuses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. hi wen... Je crois que vous n'avez pas saisi le texte enfin m'a façon d'écrire
      le glacier est le sujet avant tout et une analogie supposée d'une femme malade elle aussi...

      Supprimer
    2. ok.. c curieux tout de meme de comparer une femme malade à un glacier

      Supprimer
    3. Non ce n'est pas curieux car la déchéance est similaire si l'on compare le cancer de l'un et dû au réchauffement la fonte de l'autre... Je ne rentrerai pas dans le détail.
      Les deux finiront pas maigrir et partir vers la fange qui nous attend tous... Pour de multiples raisons et de malchance.
      Cependant moi je ne parle que du glacier c'est mon sujet ma préoccupation dans ce texte bien que j'aime laisser le choix et vous l'avez eu celui de voir une femme avant tout.
      Cette femme est une image subliminale qui vient troubler la lecture et que j'essaie régulièrement de manipuler...

      Supprimer

Copyright numéro 00048772-1

Copyright numéro 00048772-1
Vous êtes sur un site où le contenu est protégé. Les illustrations et les dessins originaux des poèmes se trouvent sur mes autres blogs

Rechercher dans ce blog une archive poétique

Les dix archives les plus consultés ces 30 derniers jours !

A comme Amour Recueil 1

A comme Amour Recueil 2

A comme Amour Recueil 3

A comme Amour Recueil 4

A comme Amour Recueil 5

A comme Amour Recueil 6

A comme Amour recueil 7

A comme Amour recueil 8

A comme Amour Recueil 9

A comme Amour Recueil 10

A comme Amour Recueil 11

A comme Amour Recueil 12

A comme Amour Recueil 13

Copyright numéro 00051199-1

Copyright numéro 00051199-1
Copyright numéro 00051199-1 « A comme Amour Recueils 1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12 »