« Une poésie n’est-elle pas le seul endroit au monde où deux âmes étrangères peuvent se croiser intimement. »
Bienvenue sur mon blog... Mon nom de domaine a été piraté ou autre effet papillon ! Mais le contenu est préservé... Je tiens à remercier et salue encore toutes les personnes qui naviguent sur mes pages par bonheur et sans se noyer !
Vous trouverez sur ce site tous mes mots « poétiques » :
- Des proses et ou poésies d'amours, loufoques, tristes, engagés, satiriques , d'amitiés et autres...
- Des chansons à l'état brut.
- Des citations personnelles.
- Des lettres ouvertes.
- Des bas et des hauts.
Tous les écrits et dessins sont de ma plume à l'exception de certains dessins notifiés en bas du texte. Cependant je peux oublier certains détails car je ne suis qu'un « entremetteur » de mots et d'images... Certaines de mes illustrations utilisent des photos lors de mes montages graphiques dont je n'ai pas d'informations sur les auteurs, je reste dans ce cas ouvert pour les indiquer, si vous les connaissez (Nota : en bas du blog ou du texte, il y a les liens concernant ceux que j'aime suivre).

Tous mes poèmes

Nombres de poèmes et de commentaires publiés dans le blog

Nombre total de pages vues

dimanche

Murmures

J'ai survolé l'histoire
Le mur d'Hadrien
La grande muraille de Chine
Le mur de l'atlantique
J'ai vu s'écrouler le mur de Berlin
Se renforcer l'américano-mexicain
Je finirai ma course à Calais
Au pied du mur
J'ai lu l'histoire
« Je n'ai rien à offrir que du sang
Du labeur des larmes
Et de la sueur »
Churchill est mort avec son courage
Non pas l'idée de rester vierge
Français
Je ne marche plus avec vous
Gardez et récupérez vos colis
I had no comment

*

J'irai te chercher
Là où la nuit est jour
Où l'espoir agonise
Où Easy-jet
Te chie sur la gueule
Sans prendre de précaution
Où les bulldogs anglais
Te pissent dessus 
Sans te prévenir
En levant la patte
Contre le mur végétal de Calais

J'irai te chercher
Là où la foudre
Commandée par l'oppresseur
S'éclate par hasard 
Sur tes enfants 
En train de jouer
À la guerre 
De la guitare
Ou à chat perché
Au milieu du charnier
De la honte et de l'impuissance

J'irai pleurer le sang
Qui a cousu
Le son de ta voix
Elle porte le jour 
Une robe à fleurs noires
Blanches la nuit
Les yeux penchés vers le sol
L'ange gardien a perdu pied
La cage est ouverte
Il n'y a plus personne
Il n'y a plus que ses murmures




13 commentaires:

  1. Tant de murs, de cages en béton, où les âmes s'emprisonnent, s'emmurent vivantes avant de s'éteindre à petit feu.
    Se consumant dans l'individualisme.
    J'aime beaucoup

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un pour tous tous moi moi
      Politique impuissante et ou complice ou incompétence
      Le monde est bien trop vaste pour deux cerveaux...

      Supprimer
  2. Clémentine*octobre 03, 2016

    Des murmures qui hurlent sur le silence d'une terre finira par entendre....

    James, tes mots résonnent si fort que le béton et le fer commencent à trembler...

    Sourire de Clem❀‿❀

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour éviter d'être has been avec le tout béton et barbelés, il sera écolocauste... Végétalisé !

      Supprimer
  3. murmures de l'histoires
    celle que l'humain
    a cru l'enterrer
    très bel ecris

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout remonte à la surface un jour ou l'autre...

      Supprimer
  4. terrible ce poème il m'arrache des larmes
    l'ange gardien a perdu pied
    la cage est ouverte
    j'ai une cage sur mon buffet avec la porte ouverte
    à l'intérieur un ange assis tient un oiseau blessé
    je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi j'ai un oiseau dans le coeur toujours près à s'envoler vers des jours meilleurs...

      Supprimer
  5. Sensibilité extrême, quand tu nous tiens...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Par la barbe ou la main tant qu'il y a quelqu'un...

      Supprimer
  6. Rachelle boxmars 31, 2017

    a attribué +1

    RépondreSupprimer
  7. cris de désespoir contre ses guerres qui voient mourir des enfants Contre tous ces "grands" qui bombardent et tuent des innocents.
    C'est vrai qu'ils mériteraient plus, ces migrants qu'un simple colis, qui aide à avoir bonne conscience
    Merci de l'avoir écrit

    RépondreSupprimer
  8. Ce ne sont plus des murmures, ce sont des cris, des hurlements qui retentissent à jamais dans nos têtes et nos cœurs !
    Merci de les avoir poussés !

    RépondreSupprimer

Copyright numéro 00048772-1

Copyright numéro 00048772-1
Vous êtes sur un site où le contenu est protégé. Les illustrations et les dessins originaux des poèmes se trouvent sur mes autres blogs

Rechercher dans ce blog une archive poétique

Les dix archives les plus consultés ces 30 derniers jours !

A comme Amour Recueil 1

A comme Amour Recueil 2

A comme Amour Recueil 3

A comme Amour Recueil 4

A comme Amour Recueil 5

A comme Amour Recueil 6

A comme Amour recueil 7

A comme Amour recueil 8

A comme Amour Recueil 9

A comme Amour Recueil 10

A comme Amour Recueil 11

A comme Amour Recueil 12

Copyright numéro 00051199-1

Copyright numéro 00051199-1
Copyright numéro 00051199-1 « A comme Amour Recueils 1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12 »