« Une poésie n’est-elle pas le seul endroit au monde où deux âmes étrangères peuvent se croiser intimement. »
Bienvenue sur mon blog... Mon nom de domaine a été piraté ou autre effet papillon ! Mais le contenu est préservé... Je tiens à remercier et salue encore toutes les personnes qui naviguent sur mes pages par bonheur et sans se noyer !
Vous trouverez sur ce site tous mes mots « poétiques » :
- Des proses et ou poésies d'amours, loufoques, tristes, engagés, satiriques , d'amitiés et autres...
- Des chansons à l'état brut.
- Des citations personnelles.
- Des lettres ouvertes.
- Des bas et des hauts.
Tous les écrits et dessins sont de ma plume à l'exception de certains dessins notifiés en bas du texte. Cependant je peux oublier certains détails car je ne suis qu'un « entremetteur » de mots et d'images... Certaines de mes illustrations utilisent des photos lors de mes montages graphiques dont je n'ai pas d'informations sur les auteurs, je reste dans ce cas ouvert pour les indiquer, si vous les connaissez (Nota : en bas du blog ou du texte, il y a les liens concernant ceux que j'aime suivre).

Tous mes poèmes

Nombres de poèmes et de commentaires publiés dans le blog

Nombre total de pages vues

lundi

L'absence de ma fleur s'éloigne chaque jour

Le vingt trois avril
Comme dans un rêve après avoir peint des choses
J'ai croisé l'analyste ou le psy j'ai perdu l'étage
Une hôtesse tête en l'air vissée sur un tabouret me réceptionne
Elle me supplie de suivre la ligne rouge peinte au sol
Et d'enfoncer les clous qui dépassent
Ah j'aime les voyages qui commencent par te mettre en cage
Quand un malheur passe un autre arrive c'est une caméra cachée
Non juste un crétin en costume qui te surveille au cas où
Parce que tu portes une barbe de 3 jours
Encore un qui n'a jamais décollé de son asile
De toute façon l'oiseau en cage rêvera des nuages
Même si mon bilan s'envole sous un déluge de notes
Et puis je garde toujours ma plume sous mon pull
En été je la mets vous avez trouvé l'endroit

Le seul fou du quartier encore en âge
De rester seul devant un divan rouge
Comment s'appelle-t-il déjà Henri Chapier
Non et si je dis que c'est vous
Vous aussi vous avez suivi la ligne blanche
Enfin je parle du psychopathe qui sniffait mon cuir chevelu dans l'ascenseur
Encore un adepte de Jean-Louis David
Je commence à avoir plus de cheveux blancs que de noirs
Pourtant je ne joue pas au échec je n'aime pas perdre
Les soucis ou la génétique comment pour vos cheveux
Et sur un cerisier mort est-ce qu'on trouve des fleurs
Non alors je ne suis pas mort juste fou des fleurs
Tout le monde s'en fout que je perds mes cheveux et vous
Quand je pense qu'il arrive à faire un huit avec son cul
Mon psychopathe oui j'ai encore une dent pour Pivot
Je voulais dire contre lui et l'orthographe
En plus il arrive à calculer la légèreté d'un être
Comme s'il faisait noir au pied d'un phare
Au fait il fait nuit au pied d'un phare
Moi je rêve toutes les nuits et vous jamais
Comme ces fleurs d'hier qui sont mes rêves de demain
Oui les fleurs les oiseaux la plume la barbe le blanc le rouge
Aussi le rosé l'été lors d'un barbecue
À ce moment là la vie est une lumière dans le vent
Je ne comprendrais jamais un citadin qui jouit
Lorsqu'il voit de sa fenêtre la façade grise de son anonyme voisin
C'est comme croire que la pensée d'une fourmi peut toucher le ciel
Et vous m'en direz une autre comme celle là
Quand je reviendrai avec mon chien pour aveugle
Pour finir la séance par les mots qu'on n'a pas dit
Où sont-elles vos fleurs du silence
Désolé j'ai oublié ma carte de crédit
À vendredi 
Rappelez vous Jésus à marché sur l'eau

20 commentaires:

  1. M-KISSINEmai 05, 2014

    M-KISSINE a voté

    RépondreSupprimer
  2. EmelleJiemai 05, 2014

    Merci James
    Une belle fin de journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut savoir lâcher la roue pour qu'elle dégonfle...

      Supprimer
  3. perlenoiremai 05, 2014

    Le jardin doit voir les fleurs fleurir !
    Le printemps est là! sourire

    Douce soirée James
    Belle lecture
    Bise et amitié
    A

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout est là...
      enfin presque car il manque toujours qq chose
      Épicure de rappel
      ça ne fait pas de mal

      Supprimer
  4. DaliaEceteramai 05, 2014

    https://www.youtube.com/watch?v=vc4FuJb434A
    DALIDA... LE TEMPS DES FLEURS

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dali dada... Je préfère !

      Supprimer
    2. DaliaEceteramai 05, 2014

      je comprends bien... Le surréalisme n'est pas mort !
      Il suffit d'être ou de regarder autour de soi

      Supprimer
    3. En politique la communication et la carrière sont les uniques points d'attaches du nombril au coffre tout le reste est surréaliste lorsqu'il s'agit d'agir...

      Supprimer
  5. Merci James
    Te lire...C'est toujours un plaisir
    Belle soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est difficile de le dire
      c'est plus facile de le lire

      Supprimer
  6. Tourterellemai 05, 2014

    "rappelez vous Jésus à marché sur l'eau"
    Puis il a transformé l'eau en vin et a fait du ski nautique !!!

    Tt...

    RépondreSupprimer
  7. Merci James Px. pour la ballade intérieure dans l'esprit heurté à chaque porte d'un poète fébrile et plein d'humour, qui aime les coq-à-l'âne. Cordialement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jacou... Une ballade satirique sans doute sur l'a priori "un mot" sur la différence et sur le maniérisme de l'être et d'être

      Supprimer
  8. guillemettemai 06, 2014

    La bouffonne

    Un roi s’ennuyait ferme
    Il appela son fou
    Bouffon !
    Et le fou se pointa
    Grimé comme un grimaud
    Sous son bonnet pointu
    C’était une bouffonne
    Plus fine que son roi
    Qui la prenait pour folle
    Oui Sire
    Fais-nous rire
    Seigneur vous riez quand je pleure
    Vous malentendez ce me semble
    Alors riez un peu pour voir
    Si je pleure
    La bouffonne révérença
    Et feignit un fou rire
    Que vous arrive-t-il ?
    Dit le Sire
    Je riote à mon saoul
    Pour vous tirer des larmes
    Alors pleurez un coup
    Car je suis mort de rire

    Et le roi s’éteignit
    La bouffonne pleura.

    27 juin 2010

    RépondreSupprimer
  9. MARIE L.mai 16, 2014

    Avec cette part de folie que la vie nous montre cela grouille et ton cri solitaire est très émouvant... Amitié

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. MARIE L. La solitude est intrinsèque à l'artiste enfin à celui qui ne marche pas dans la foulée béate...

      Supprimer
  10. PEAUSABLEEmai 23, 2014

    A fleurs perdues...j'ai croisé un pétale "de pensée"...bouquet de mots qui attise l'esprit, une fine analyse de la profondeur de soi

    RépondreSupprimer

Copyright numéro 00048772-1

Copyright numéro 00048772-1
Vous êtes sur un site où le contenu est protégé. Les illustrations et les dessins originaux des poèmes se trouvent sur mes autres blogs

Rechercher dans ce blog une archive poétique

Les dix archives les plus consultés ces 30 derniers jours !

A comme Amour Recueil 1

A comme Amour Recueil 2

A comme Amour Recueil 3

A comme Amour Recueil 4

A comme Amour Recueil 5

A comme Amour Recueil 6

A comme Amour recueil 7

A comme Amour recueil 8

A comme Amour Recueil 9

A comme Amour Recueil 10

A comme Amour Recueil 11

A comme Amour Recueil 12

A comme Amour Recueil 13

Copyright numéro 00051199-1

Copyright numéro 00051199-1
Copyright numéro 00051199-1 « A comme Amour Recueils 1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12 »