« Une poésie n’est-elle pas le seul endroit au monde où deux âmes étrangères peuvent se croiser intimement. »
Bienvenue sur mon blog... Mon nom de domaine a été piraté ou autre effet papillon ! Mais le contenu est préservé... Je tiens à remercier et salue encore toutes les personnes qui naviguent sur mes pages par bonheur et sans se noyer !
Vous trouverez sur ce site tous mes mots « poétiques » :
- Des proses et ou poésies d'amours, loufoques, tristes, engagés, satiriques , d'amitiés et autres...
- Des chansons à l'état brut.
- Des citations personnelles.
- Des lettres ouvertes.
- Des bas et des hauts.
Tous les écrits et dessins sont de ma plume à l'exception de certains dessins notifiés en bas du texte. Cependant je peux oublier certains détails car je ne suis qu'un « entremetteur » de mots et d'images... Certaines de mes illustrations utilisent des photos lors de mes montages graphiques dont je n'ai pas d'informations sur les auteurs, je reste dans ce cas ouvert pour les indiquer, si vous les connaissez (Nota : en bas du blog ou du texte, il y a les liens concernant ceux que j'aime suivre).

Tous mes poèmes

Nombres de poèmes et de commentaires publiés dans le blog

Nombre total de pages vues

mercredi

Fruit mûr d'un cauchemar

L’ondine du mal s’imbibe d’eau de Cologne
Comme cet innocent papier buvard gris bleu
De mon enfance cachant mes songes affreux,
Et se glisse seins nus dans mon berceau gigogne
 
Où mes pensées vibrantes d’assaut sans vergogne
De cette fêlure, indique à mon fou, morbleu !
De déchirer ma chair pour rencontrer mes yeux
Dans un ciel gris constellé d’étoiles ivrognes...
 
Corps et âme ensanglantés et ivres s’envolent
Rejoindre mon lit sans savoir lequel choisir
Parcourir un monde triste sans air frivole
 
Et s’échouent sur un marécage de serpents.
Le bien me rappelle à l’heure, de conquérir
Et de franchir cet amas visqueux et grouillant.

6 commentaires:

  1. oh les serpents les langues vipérines

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quand tu commences à écrire de la poésie
      celle qui vient de loin
      et que tu transcris sans détour
      sous une forme construite comme ce sonnet
      c'est plus singulier
      mais si riche
      quand tes yeux se détachent de toi
      pour mieux te voir

      Supprimer
    2. Ce détachement obscur dont je viens de parler
      est-ce bien moi qui écris ?

      Supprimer
  2. Reste la marée

    Nos coeurs battent au rythme de la marée
    Reste la marée reste la marée
    Nos rêves percent le voile et je me tais
    Reste la mariée reste à marier

    Mes pas perdent le sens du sentier
    Reste à trouver reste à trouver
    Mes mains touchent l’eau de la rosée
    Laisse la rosée laisse la rosée

    La quête s’efface au pas des années
    Reste des années reste des années
    Tes lèvres m’effleurent ma bien aimée
    Ma bien aimée ma bien aimée

    Les feuilles tombent et je m’en vais
    Reste je m’en vais reste je m’en vais
    Les saisons passent je reviendrai
    Reste la marée reste la marée

    Tes lèvres m’effleurent ma bien aimée
    Ma bien aimée ma bien aimée
    Les saisons passent je reviendrai
    Reste la marée reste la marée

    Piers Faccini

    RépondreSupprimer

Copyright numéro 00048772-1

Copyright numéro 00048772-1
Vous êtes sur un site où le contenu est protégé. Les illustrations et les dessins originaux des poèmes se trouvent sur mes autres blogs

Rechercher dans ce blog une archive poétique

Les dix archives les plus consultés ces 30 derniers jours !

A comme Amour Recueil 1

A comme Amour Recueil 2

A comme Amour Recueil 3

A comme Amour Recueil 4

A comme Amour Recueil 5

A comme Amour Recueil 6

A comme Amour recueil 7

A comme Amour recueil 8

A comme Amour Recueil 9

A comme Amour Recueil 10

A comme Amour Recueil 11

A comme Amour Recueil 12

A comme Amour Recueil 13

Copyright numéro 00051199-1

Copyright numéro 00051199-1
Copyright numéro 00051199-1 « A comme Amour Recueils 1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12 »