« Une poésie n’est-elle pas le seul endroit au monde où deux âmes étrangères peuvent se croiser intimement. »
Bienvenue sur mon blog... Mon nom de domaine a été piraté ou autre effet papillon ! Mais le contenu est préservé... Je tiens à remercier et salue encore toutes les personnes qui naviguent sur mes pages par bonheur et sans se noyer !
Vous trouverez sur ce site tous mes mots « poétiques » :
- Des proses et ou poésies d'amours, loufoques, tristes, engagés, satiriques , d'amitiés et autres...
- Des chansons à l'état brut.
- Des citations personnelles.
- Des lettres ouvertes.
- Des bas et des hauts.
Tous les écrits et dessins sont de ma plume à l'exception de certains dessins notifiés en bas du texte. Cependant je peux oublier certains détails car je ne suis qu'un « entremetteur » de mots et d'images... Certaines de mes illustrations utilisent des photos lors de mes montages graphiques dont je n'ai pas d'informations sur les auteurs, je reste dans ce cas ouvert pour les indiquer, si vous les connaissez (Nota : en bas du blog ou du texte, il y a les liens concernant ceux que j'aime suivre).

Tous mes poèmes

Nombres de poèmes et de commentaires publiés dans le blog

Nombre total de pages vues

mardi

Tapisserie ou pâtisserie tout se mange dans le manche

Comme tous les peintres en bâtiment ou sur toile de maître
Tout dépendra du jour de votre visite au Fouquet's
White Spirit et Térébenthine
Écouleront bientôt des jours heureux
Sur la coque d’une vedette du pont neuf
Voguer sur la scène au fil des lumières
Finir sa vie sur un bateau mouche
Même dans une couleur neutre sans odeur
C’est mieux que dans un vernis incolore
Sur un banc en bois de l’assemblée nationale
Lustré par un cul centriste complet trois pièces

White Spirit et Térébenthine ont de la ressource
Après avoir été au bout du rouleau
Et prisonniers des poils de leur manche
Ils ne verront plus s’écraser le sceau sur la mouche
Avant la mise en cale sèche de ce soir
Alors révolutionnaire nos deux compères
Ils aimeraient dissoudre les couleurs
Pour qu’elles ne fassent plus d’ombre
Au marbre blanc de Marianne
Mélanger le bleu avec le rose
Le blanc avec le noir
Le rouge avec le vert
Manquerait-il des pigments
Ou un manche assez puissant
Pour ne pas finir bleu blanc rouge
Sous terre au père Lachaise
Ou le fion en l'air comme parc à vélib'

 La mère patrie est loin d’être une huile de liberté
Juste une sorte de lavis sur papier hygiénique
C’est au milieu des champs le cerveau à l’envers
Depuis sa toile d’araignée qu'elle me l’a dit
Les peintures de Delacroix de la salle du roi
Finiront dans les toilettes d’un roitelet
Député de la Manche ou du Bas-Rhin
Dans l’Eure Creuse d’un Calvados
Le trou Normand est de rigueur
Passant par Paris et le Jura
De dire toute la vérité si je mens solennellement
La ville de Montcuq est fleurissante
J’en suis le Député Maire Sénateur
Administrateur des eaux usées
Des fosses septiques et pluviales
De l’engrais et des anciens combattants
Oui citoyens comme les trois quarts
De mes compagnons de gauche de droite
Du centre et de mes extrêmes
Nous voilà au stade de France
Avec White Spirit et Térébenthine
Pour remettre une couche de miel
À nos onze baby-foot

Les voilà
Le beurre le pain d’épice le blanc de poulet
Le réglisse le maïs et les ministres
Et c'est parti
« …Ah Aaah
Viol sur les filles
Je débarque sur ta pelouse
Je suis dans ta bouche
Je suis dans ton con
Alexandra Alexandrie
Alexandrie où la baise danse avec les vautours
J'ai plus d'appétit qu'une banque
Qu'un Barracuda en manque
Je boirais toute la seine si tu n'me retiens pas
Je mangerais tes pissenlits si tu n'me retiens pas
Alexandrie
Alexandra… »
Et ce passage après l’hymne national
En Alexandin métrique avant le coup d’envoi

Les yeux de leurs pensées pleuvent sur l’art du ciel
S’enfuit un son d’oreille de ma radio rouge
François s’impose un air classique et rien ne bouge
Cette nuit n’est pas noire mais bleue ciel
 Suis-je sur mon bateau ivre en plein sommeil
Avec l’estomac rêvant d’oignon de Toulouges
De mes souvenirs chef étoilé à Pérouges
Insouciant et taciturne je m’émerveille

 Et le réveil sonne
Putain
Où est ma feuille d’impôt
J’ai encore la diarrhée
Et si je devenais footballeur
Mon pinceau serait heureux de peindre
Avec White Spirit et Térébenthine
Des ballons aux pieds crochus
Qui ont tout perdu sauf leur compte en banque
Au milieu des champs de patates de l’assemblée


*






Toute ressemblance avec des personnes ou des situations existantes ou ayant existé ne saurait être que fortuite...


12 commentaires:

  1. Bonjour,

    J'ai apprécié le schéma de votre texte. Un texte factuel et pertinent.
    Mais, n'oubliez pas qu'écrire et communiquer, c'est être capable de faire croire n'importe quoi à n'importe qui."
    (Votre auteur préféré ! )
    Cordialement. Stéphane Paulel

    RépondreSupprimer
  2. Très habile medley de deux vérités

    RépondreSupprimer
  3. De la pâtisserie à la tapisserie, j'en connais qui vont être dans les choux ce soir, quel beau tableau cela fera
    Les joueurs des petites équipes qui sont tous ouvriers en semaine auraient faits mieux et leur salaire n'est pas comparable à ces joueurs qui se moquent bien de la France. Ils ne sont même pas capable de chanter la Marseillaise.
    Seuls leur club les intéresse. L'un en Allemagne, l'autre en Espagne, etc...
    Je ne fais que décrire la colère de certaines personnes qui aiment le foot et je les comprends.
    Pour le reste, il y a beaucoup à dire en effet. A quand le vernissage...?
    Bien amicalement ODE 31 - 17

    RépondreSupprimer
  4. Surtout ne changeons pas une équipe qui perd...
    Le foot c'est comme en politique plus tu fais des conneries plus tu grimpes vers le sommet sans jambes ni têtes...
    Je n'ai jamais cherché que cela en écrivant partir en fumer sans douleur au-dessus de la toundra .
    Non, je ne fume pas et ne bois pas sauf pendant les repas de fête
    J'aime beaucoup J. M. G. (Jean-Marie Le Clezio) Le mysticisme et l'onirisme. C'est mon truc à moi s'impose comme une réflexion nécessaire sur ma culture et une ouverture bénéfique à l'autre. Je ne cache pas ma révolte face à la violence et à la bêtise du monde notamment celui de mes compatriotes avec lesquels je vis !
    On peut toujours fermer les yeux comme sa gueule et mourir en soldat inconnu.
    Merci d'avoir pris du temps.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme, je vous disais !?
      Il existe toujours deux versions ( au minimum ! ), Votre réalité, et celle des autres !
      ( Comme Alexandrie Alexandra ! )

      Comme ce fameux " Barracuda " ... l'"Evolution convergente "


      Cordialement. Stéphane Paulel

      Supprimer
    2. Votre remarque pose la question de savoir si la majorité a toujours raison ? Ou si une pensée partagée par le plus grand nombre est la vérité ?
      Oui sans doute dans l'instanté de la question mais les lendemains qui chantent, je connais. Une fois les notes de musique rangées dans le placard,l'instrumentalisation démarre... mais pour aller où si le plus grand nombre s'aperçoit de son erreur ? Et comme l'homme est lâche, il préfèrera se mentir et de laisser faire jusqu'à la prochaine échéance...

      Une autre question se pose, la poésie est-elle amour ou calculatrice ?
      Le plus dur n'est pas de lire le titre mais de le comprendre et de s'en souvenir pour en débattre sans se faire mal c'est c'est pour le côté drôle ou bien alors peut-on plaire à tout le monde ?

      La poésie n'a pas besoin de chiffre car elle est intemporelle, hors du temps.
      C'est une plume légère berçant nos cœurs blessés ou amoureux...
      Nul besoin de savoir si l'une ou l'autre est la meilleure, car la poésie n'est pas un comptable juste une muse de nos états d'âmes...
      C'est la différence fondamentale avec le sport et la politique !!

      De toute façon, je suis et resterai un free rider !

      Et puis 3 buts la porte pour le Brésil et après !
      Peindre sur une surface qui n'adhère pas c'est joli ça brille et au fil du temps cela s'écaille à nouveau...
      Faute d'avoir décapé et poncé la mauvaise couche, les veines du bois souffrent et rejettent ce vernis pour faux ongles. Bref le rêve fait vivre et la misère ne tue pas elle s'exploite...

      Supprimer
  5. Ce soir, le verdict sera là avec 80 000 spectateurs qui vont huer ou chanter. Une équipe à l'image de la gouvernance en FRANCE
    Et le pire s'il se qualifie ils touchent une Prime !

    Je m'envais au vent mauvais voir le verdict final...

    Beau coup de gueule

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le verdict est tombé tchernobyl n'ira pas au Brésil juste ses débris...

      Supprimer
    2. Nota 3 buts la porte pour le Brésil et après !
      Peindre sur une surface qui n'adhère pas c'est joli ça brille et au fil du temps cela s'écaille à nouveau...
      Faute d'avoir décapé et poncé la mauvaise couche, les veines du bois souffrent et rejettent ce vernis pour faux ongles. Bref le rêve fait vivre et la misère ne tue pas elle s'exploite...

      Supprimer
  6. Merci James Px.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne journée... Même pluvieuse ou et froide le vers s'agite dans la poche comme un bb kangourou...

      Supprimer
  7. Un véritable régal !

    RépondreSupprimer

Copyright numéro 00048772-1

Copyright numéro 00048772-1
Vous êtes sur un site où le contenu est protégé. Les illustrations et les dessins originaux des poèmes se trouvent sur mes autres blogs

Rechercher dans ce blog une archive poétique

Les dix archives les plus consultés ces 30 derniers jours !

A comme Amour Recueil 1

A comme Amour Recueil 2

A comme Amour Recueil 3

A comme Amour Recueil 4

A comme Amour Recueil 5

A comme Amour Recueil 6

A comme Amour recueil 7

A comme Amour recueil 8

A comme Amour Recueil 9

A comme Amour Recueil 10

A comme Amour Recueil 11

A comme Amour Recueil 12

Copyright numéro 00051199-1

Copyright numéro 00051199-1
Copyright numéro 00051199-1 « A comme Amour Recueils 1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12 »