« Une poésie n’est-elle pas le seul endroit au monde où deux âmes étrangères peuvent se croiser intimement. »
Bienvenue sur mon blog... Mon nom de domaine a été piraté ou autre effet papillon ! Mais le contenu est préservé... Je tiens à remercier et salue encore toutes les personnes qui naviguent sur mes pages par bonheur et sans se noyer !
Vous trouverez sur ce site tous mes mots « poétiques » :
- Des proses et ou poésies d'amours, loufoques, tristes, engagés, satiriques , d'amitiés et autres...
- Des chansons à l'état brut.
- Des citations personnelles.
- Des lettres ouvertes.
- Des bas et des hauts.
Tous les écrits et dessins sont de ma plume à l'exception de certains dessins notifiés en bas du texte. Cependant je peux oublier certains détails car je ne suis qu'un « entremetteur » de mots et d'images... Certaines de mes illustrations utilisent des photos lors de mes montages graphiques dont je n'ai pas d'informations sur les auteurs, je reste dans ce cas ouvert pour les indiquer, si vous les connaissez (Nota : en bas du blog ou du texte, il y a les liens concernant ceux que j'aime suivre).

Tous mes poèmes

Nombres de poèmes et de commentaires publiés dans le blog

Nombre total de pages vues

vendredi

L’enfant de la lune

 Le pré vert où Dieu règne
Depuis l'artifice d'un astre
Est mort à son tour
Une surdose excessive
A répandu sur sa couche
Une poussière infertile
Sans fleurs ni arbres

Songe délavé d’un enfant
Sur le manuscrit du jour
Ceinturé de barbelés
Des oiseaux épouvantails
Guettent cette proie au corps nu
Ses yeux de mammifère jouent
À la poupée d’ocre rouge
L'harmonie mineure
Qui les enveloppait
A noirci alors la portée
De son espoir innocent

Sous le toit du mirador
Invisible est le cauchemar
D’une lune devenue sa sœur
Le diable lui perce
Son sommeil clair
La plante des pieds
Barbare de ses miettes acquises
Et de son sang froid
L’éponge gorgée d'or et de rêve
Soupire comme autant d'églises
L’enfant de cœur 
Ne brille plus au soleil

À la fenêtre
La peau inutile
De son dernier souffle
Les diluviennes tranchent
De cette noce acide
Sur le marbre imaginaire
Un cortège d’étoiles
Attendent l’heure noire
Un règne d'amarres
Et d'ocres nuages
Où l'enfant attend la nuit
La lune sa sœur



25 commentaires:

  1. Les enfants atteints de xeroderma pigmentosum, une maladie génétique rare, sont surnommés les enfants de la Lune car cette maladie les oblige à éviter le soleil à tout prix (ils ne sortent que la nuit). En France, elle concerne une naissance sur un million... Et une poésie.

    RépondreSupprimer
  2. Enfants ne sortant que la nuit fuyant la lumière du jour

    Tristes maladies sur cette terre

    merci du partage James

    Belle journée à toi

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La maladie est comme la vie : universelle !
      Il faut vivre avec et non pas la fuir...

      Supprimer
  3. Réponses
    1. "Profile" je ne suis plus en veille...

      Supprimer
  4. C'est triste...Mais une poésie superbe et un sujet extraordinairement abordé Bravo James et merci !
    je sens un cœur en or !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des enfants de la balle d'autres de la lune...
      La sphère poétique n'est pas pour tout le monde aussi ronde !

      Supprimer
    2. La poésie c'est la manière douce d'évoquer les choses dures de la vie !
      belle soirée James

      Supprimer
    3. L'empathie est une vertu publique obligée alors que l'indifférence est un vice privé

      Supprimer
  5. Alphonse Viregacnovembre 22, 2013

    C'est la maladie du vampire ? Il y a des cas au Québec. Tes images sont très fortes.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'empathie est une vertu publique obligée alors que l'indifférence est un vice privé Jean-Luc Dion.
      Oui vampire si on peut dire une maladie ad vitam æternam
      Les mots doivent frapper à nos portes quand l'ennemi est à l'extérieur pour qu'ils entrent en nous.
      Cette maladie génétique rare se caractérise par une hypersensibilité aux ultraviolets : le moindre rayon sur la peau entraîne brûlures et lésions cancéreuses. Les cas se concentrent là où la consanguinité est forte, en l'occurrence dans les pays du Maghreb.

      Supprimer
  6. bel hommage sur un bel écrit

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Absolème ... poésie qui aide à relativiser une ampoule au pied gauche !

      Supprimer
  7. Merci beaucoup James
    une douce soirée à vous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. si on peut dire une maladie ad vitam æternam

      Supprimer
  8. merci pour
    cette peau inutile
    b soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une poésie qui aide à relativiser une ampoule au pied gauche

      Supprimer
  9. D'une tristesse à défleurir les fleurs

    RépondreSupprimer
  10. galatea belgajuin 01, 2014

    Songe délavé d’un enfant
    Sur le manuscrit du jour
    Ceinturé de barbelés
    Des oiseaux épouvantails
    Guettent cette proie au corps nu
    Ses yeux de mammifère jouent
    À la poupée d’ocre rouge
    L'harmonie mineure
    Qui les enveloppait
    A noirci alors la portée
    De son espoir innocent

    ...mais les autres images ne sont pas moins tragiques et percutantes...
    une inspiration troublante, dramatique...triste.

    galatea

    RépondreSupprimer
  11. Bonjour

    Comme c'est nostalgique et triste...
    Merci de ce partage !
    Mes amitiés

    Sybilla

    RépondreSupprimer
  12. Plumesanglantejuin 01, 2014

    Des pulsations du coeur qui tambourinent sous la puissance de cette beauté à l'encre triste où coulent des perles d'émotions.
    C'est superbe...
    Et si poignant...

    RépondreSupprimer
  13. écrit avec les tripes

    RépondreSupprimer
  14. Un poème magnifique par l'émotion qu'il dégage, même si la tristesse voire plus se pose sur chaque strophe...


    Songe délavé d’un enfant
    Sur le manuscrit du jour
    Ceinturé de barbelés
    Des oiseaux épouvantails
    Guettent cette proie au corps nu
    Ses yeux de mammifère jouent
    À la poupée d’ocre rouge
    L'harmonie mineure
    Qui les enveloppait
    A noirci alors la portée
    De son espoir innocent

    Sublime!!

    Amicalement

    Pauline

    RépondreSupprimer
  15. Un poème triste est un triste poème
    Aucune valeur
    Ni de degré
    Juste la vérité
    Juste la douleur

    Un poème triste est un triste poème
    Peu importe la beauté
    Peu importe l'horreur
    La vie est ainsi enchevêtrée

    Et Dieu qu'elle est belle
    Malgré tous ces calvaires

    RépondreSupprimer
  16. Un bel écrit sur un sujet assez difficile à traiter de façon poétique.
    Tu l'as fait et bien...

    RépondreSupprimer

Copyright numéro 00048772-1

Copyright numéro 00048772-1
Vous êtes sur un site où le contenu est protégé. Les illustrations et les dessins originaux des poèmes se trouvent sur mes autres blogs

Rechercher dans ce blog une archive poétique

Les dix archives les plus consultés ces 30 derniers jours !

A comme Amour Recueil 1

A comme Amour Recueil 2

A comme Amour Recueil 3

A comme Amour Recueil 4

A comme Amour Recueil 5

A comme Amour Recueil 6

A comme Amour recueil 7

A comme Amour recueil 8

A comme Amour Recueil 9

A comme Amour Recueil 10

A comme Amour Recueil 11

A comme Amour Recueil 12

Copyright numéro 00051199-1

Copyright numéro 00051199-1
Copyright numéro 00051199-1 « A comme Amour Recueils 1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12 »