« Une poésie n’est-elle pas le seul endroit au monde où deux âmes étrangères peuvent se croiser intimement. »
Bienvenue sur mon blog... Mon nom de domaine a été piraté ou autre effet papillon ! Mais le contenu est préservé... Je tiens à remercier et salue encore toutes les personnes qui naviguent sur mes pages par bonheur et sans se noyer !
Vous trouverez sur ce site tous mes mots « poétiques » :
- Des proses et ou poésies d'amours, loufoques, tristes, engagés, satiriques , d'amitiés et autres...
- Des chansons à l'état brut.
- Des citations personnelles.
- Des lettres ouvertes.
- Des bas et des hauts.
Tous les écrits et dessins sont de ma plume à l'exception de certains dessins notifiés en bas du texte. Cependant je peux oublier certains détails car je ne suis qu'un « entremetteur » de mots et d'images... Certaines de mes illustrations utilisent des photos lors de mes montages graphiques dont je n'ai pas d'informations sur les auteurs, je reste dans ce cas ouvert pour les indiquer, si vous les connaissez (Nota : en bas du blog ou du texte, il y a les liens concernant ceux que j'aime suivre).

Tous mes poèmes

Nombres de poèmes et de commentaires publiés dans le blog

Nombre total de pages vues

dimanche

Horloge macabre

Je roule 
Tic tac 
Nuit froide 
Bruit sourd 
Avenue bijouterie fast-food 
Rue pharmacie lampadaire

Lumière absurde et terne 
S'il s'agit d'un voyage 
Même si tu vis encore trente ans 
Tout sera pareil 
C'est celui du retour 
Il n'y a pas d'issue 
C'est tout ce que je sais 
Tu mourras 
Et tout reprendra du début 
Tout se répétera comme avant 
Nuit rides glacées du visage 
Dans l'absurde solitude de chacun 

Rue pharmacie lampadaire 
Avenue bijouterie fast-food 
Bruit sourd 
Nuit froide 
Tic tac 
Je roule


11 commentaires:

  1. Michèle Poulainavril 27, 2014

    " le temps n'a pas de rives, il s'écoule et nous passons " écrivait V .hugo ; l'avantage de votre beau poème est qu'il est de notre temps, de notre quotidien, et il serre le cœur !

    RépondreSupprimer
  2. la machine à remonter comme celle du futur restent clouées au sol présent...

    RépondreSupprimer
  3. guillemetteavril 27, 2014

    L’horloge du présent

    Je porte en moi de lourdes larmes
    Prises à la sècherie des mots
    La vie me râpe le verbe date
    Le désamour c’est du silence
    Je tombe doucement sans bruit
    Comme un arbre s’affale au sable
    Les mots s’endorment comme oiseaux
    Posés paniqués sur les branches
    De peur d’orner la phrase blanche
    Qui meurt sur un lit de soupirs
    Je vous aime.

    RépondreSupprimer
  4. Tourterelleavril 27, 2014

    Depuis que Mac Do a ouvert des bijouteries, l'avenir est devenu usé...
    Heureusement qu'il reste des pharmacies silencieuses...
    Et comme le disent les dentistes: "Il y a lac si dents"
    Terrible...

    Tt...:)

    RépondreSupprimer
    Réponses


    1. L'intelligence est caractérisée par une incompréhension naturelle de la vie... Espérons dans ce cas !

      Supprimer
    2. Je vais l'encadrer cette phrase

      Non, je plaisante

      On se marre plus beaucoup sur jepoème

      Le poème dit tellement

      Jojo

      Supprimer
  5. perlenoireavril 27, 2014

    La grande roue

    On monte , on tourne , on descend et on recommence

    Merci James pour ce partage

    Amitié de Bourgogne
    A

    RépondreSupprimer
    Réponses

    1. Attention au verre plein il va se renverser si tu tournes la tête en bas

      Supprimer
  6. gerarddu24avril 27, 2014


    C'est l'horloge de la vie
    Nous faisons le tour
    Et un beau jour...
    C'est la nuit.

    Trés beau partage James.

    Bonne soirée et bon week-end à toi.

    Bien cordialement.

    Gérard.

    RépondreSupprimer
  7. J'avais écrit dans un autre style pour dire la même chose,

    Je prie le temps...

    Dis moi monsieur le temps,
    Poses toi un instant
    Je sais que tu t'en moques
    De mes idées loufoques
    Mais si tu t'arrêtais
    Une seconde, un moment
    Viens donc à mes côtés
    Écoutes moi conter
    Les histoires de tous ceux
    Qui n'ont jamais le temps
    De vivre et puis d'aimer
    Comme ils étaient enfants
    De ceux à qui tu fauches
    De la vie, des années
    De ceux que tu envoies
    Au diable, des damnés
    De ceux qui ont encore
    de l'amour à rebord
    Et que tu a poussé
    à bâbord, à tribord
    De ceux qui ont envie
    de crier , de chanter
    Que tu as défendu
    De rêves enchantés
    Arrêtes toi un peu
    Une fraction de seconde
    Viens goûter c'est si peu
    La paix en ma gironde
    Je sais que tu écrases
    Que tu roules, que tu broies
    Mais enfin laisse moi
    Encore juste une fois
    Emplir à m'inonder
    Mes yeux de ces beaux cieux
    En entendant" je t'aime"
    Dans le creux de ses bras.

    Lynda

    (James si vous n'aimez pas le dépôt de quelques poèmes sur votre page, dites le moi,
    j'éviterai la récidive)

    merci







    RépondreSupprimer

Copyright numéro 00048772-1

Copyright numéro 00048772-1
Vous êtes sur un site où le contenu est protégé. Les illustrations et les dessins originaux des poèmes se trouvent sur mes autres blogs

Rechercher dans ce blog une archive poétique

Les dix archives les plus consultés ces 30 derniers jours !

A comme Amour Recueil 1

A comme Amour Recueil 2

A comme Amour Recueil 3

A comme Amour Recueil 4

A comme Amour Recueil 5

A comme Amour Recueil 6

A comme Amour recueil 7

A comme Amour recueil 8

A comme Amour Recueil 9

A comme Amour Recueil 10

A comme Amour Recueil 11

A comme Amour Recueil 12

A comme Amour Recueil 13

Copyright numéro 00051199-1

Copyright numéro 00051199-1
Copyright numéro 00051199-1 « A comme Amour Recueils 1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12 »