« Une poésie n’est-elle pas le seul endroit au monde où deux âmes étrangères peuvent se croiser intimement. »
Bienvenue sur mon blog... Mon nom de domaine a été piraté ou autre effet papillon ! Mais le contenu est préservé... Je tiens à remercier et salue encore toutes les personnes qui naviguent sur mes pages par bonheur et sans se noyer !
Vous trouverez sur ce site tous mes mots « poétiques » :
- Des proses et ou poésies d'amours, loufoques, tristes, engagés, satiriques , d'amitiés et autres...
- Des chansons à l'état brut.
- Des citations personnelles.
- Des lettres ouvertes.
- Des bas et des hauts.
Tous les écrits et dessins sont de ma plume à l'exception de certains dessins notifiés en bas du texte. Cependant je peux oublier certains détails car je ne suis qu'un « entremetteur » de mots et d'images... Certaines de mes illustrations utilisent des photos lors de mes montages graphiques dont je n'ai pas d'informations sur les auteurs, je reste dans ce cas ouvert pour les indiquer, si vous les connaissez (Nota : en bas du blog ou du texte, il y a les liens concernant ceux que j'aime suivre).

Tous mes poèmes

Nombres de poèmes et de commentaires publiés dans le blog

Nombre total de pages vues

mardi

Mon dieu je suis tombé sur la tête

Ouf fini le charivari de la ville
La fesse droite timbrée par l'oiseau postal
De la compagnie Air Crash Test
Je zigzague entre les dos d’âne du ciel
Direction le désert du Kalahari

Non vous n'allez pas me croire
Mais après un grand boum
Me voilà déjà au-dessus de l'Afrique
Dans le Sud où il fait jour en pleine nuit
Tintin est un salaud car au Botswana
Les esquimaux n'ont pas de plumes dans les cheveux
L’alcool en volant ça rend con
Je finirai mon verre plus tard
Ma villageoise attendra au Congo Belge

Hurluberlu la tête pleine de fariboles
Je saute de mon nuage bleu blanc rouge
Quand soudain je tombe au pied d'un baobab
Face à une famille de Suricates
Le visage dans l'ocre d’un excrément
Mon Oryx m'attend dans sa robe marron glacé
Ornée d’un triangle noir en bas du ventre
Avec son masque bicolore au manioc
Et son sourire venu du Kilimandjaro

J'ai le cœur qui bat dans ce tohu-bohu
Parmi cette foule de bêtes à cornes annelées
Pourtant j’ai l’impression d’être seul à la maison
Dans mon fauteuil regardant caméra au point
Difficile de ne pas le reconnaître
Je suis bien dans le désert de la tentation

J'ai les sens qui s’éveillent à travers sa voix
Sur l'accord de son arc musical
Le cœur dans les tempes
Elle laisse s’échouer à ses pieds
Son peignoir de sable chaud
Sauvages saveurs
Gardienne de ses douceurs
Elle dépose ses parfums
Sur mes lèvres gourmandes
Et sa peau dégouline
Jusqu’à la source verte de mes yeux
Le sol dérobe à nos orteils
Nos derniers fruits mûrs
Et laisse leurs noyaux en pâture

Soudain j’ai le souffle coupé par un coucou
Et de la sueur glacée me perle sur le front
Comme la veille nous froisse le dos
Sans s'en rendre compte
Putain c’est l’heure d’aller au boulot

La moralité de ce rêve cauchemardesque
C’est que je passerai 8477 jours à dormir
Alors autant se faire plaisir
Et avec vos 2676 jours dépensés
Devant l’écran à lire mes conneries
Ne jetez surtout pas vos montres
Indiquant les années mois jours heures minutes et secondes
Qu'ils vous restent avant votre mort
Je vous enverrai mes vœux de bonheur
Car si je n’ai pas de montre pour vous oublier
C’est parce que j’ai le temps de vous aimer

Et si je lisais Tintin objectif lune...

22 commentaires:

  1. J'adore

    Car si je n’ai pas de montre pour vous oublier
    C’est parce que j’ai le temps de vous aimer

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est drôle moi aussi...
      car ça faisait un bail que je n'avais pas écrit un rêvoticoloufoc...
      Et quelque part pas si loufoque !
      Ne pas trop se prendre au sérieux
      évite d'avoir une sclérose encéphalique du nombril...

      Supprimer
  2. Baobab


    Qu’y a-t-il dans le baobab
    Au ventre pélican
    Qui abrite des huttes
    Et des hulottes couronnées
    Dedans une sève de feu
    Des boas torturés
    Une vie saisissante
    Dedans comme dehors
    Et les deux s’entremêlent
    Et ça rentre ça sort
    Par les trous par les branches
    Par les racines
    C’est un arbre Babel
    Où ça chante ça danse
    Un carnaval étrusque
    Etrange partition

    Mais où est donc ce baobab ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est l'essentiel...
      Chaque voyage renforce la source.

      Supprimer
  3. elisabethamars 12, 2014

    J'aime beaucoup la même phrase.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. moi aussi et mon nombril ne se cache plus
      de toute façon il adore la crème solaire

      Supprimer
  4. perlenoiremars 12, 2014

    Sourire
    J'aime ton humour James

    Tintin oui pourquoi pas?

    Douce soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tintin est un salaud car au Botswana
      Les esquimaux non pas de plumes dans les cheveux
      Ces deux vers pour rappeler... Tintin navigue dans un climat que certains qualifieraient aujourd'hui de raciste... Les temps changent !
      Les Tarzans des années 30 sont aussi des bons exemples...

      Passage presse.
      Non, Tintin au Congo ne contient pas de propos racistes, a estimé la cour d'appel de Bruxelles ce mercredi 5 décembre. La bande dessinée n'est pas une œuvre «méchante», a précisé la justice belge. Dans son jugement, elle déclare que «Hergé s'est borné à réaliser une œuvre de fiction dans le seul but de divertir ses lecteurs. Il y pratique un humour candide et gentil.» La cour confirme ainsi le jugement de première instance rendu en 2011. La BD peut désormais se vendre et être diffusée librement.

      L'affaire commence en 2007, lorsque la Commission pour l'égalité des races, une association anglaise, assure que la BD de Hergé contient des «préjugés raciaux hideux». Elle demande alors aux librairies britanniques de retirer de leurs rayons l'album Tintin au Congo. La même année, un citoyen congolais et résidant belge, Bienvenu Mbutu Mondondo, porte plainte en Belgique contre la société Moulinsart. Il accuse la bande dessinée de porter un message raciste.

      Supprimer
  5. doucevaguemars 12, 2014

    ... le désert de la tentation... et quand les neurones en légère surchauffe ont besoin de voyager et d'évacuer en mots délires... qui ne sont pas tous "délires" ... j'aime bien... :-)

    allez, parce que le titre de ton poème me rappelle ce film sympa... un tit extrait ... https://www.youtube.com/watch?v=z4zufs6XZVg

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est ce film qui ma mis la puce dans le slip j'ai dû la chercher juste 5 minutes pour accoucher ma bouteille de coca... Je me suis roulé ensuite une pâte feuilletée pour une quiche...
      Bises !

      Supprimer
  6. DaliaEceteramars 12, 2014

    Tu commences à toucher ta bille px depuis lpdp !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. james s'est beaucoup radouci

      Supprimer

    2. Je ne joue plus aux billes même si j'en croise tous les jours

      Supprimer
  7. FLORABATEAUMOTSmars 12, 2014

    La féérie de la poésie c'est de lier à un même espace :
    les incertitudes de nos lassitudes
    Les habitudes de nos attitudes
    Les latitudes de la multitude.

    J'apprécie ce partage zébré.

    L'ombre du zèbre n'a pas de rayures ni de pois.

    Amitiés
    Flora...

    RépondreSupprimer
  8. FLORABATEAUMOTSmars 12, 2014

    L'ombre de la girafe n'a pas de tache. Mais, alors pourquoi cette
    question : " Y a t-il des ours en Afrique ? "


    Amitiés
    Flora...

    RépondreSupprimer
  9. Mais il y a longtemps...

    RépondreSupprimer
  10. FLORABATEAUMOTSmars 13, 2014

    A la clé de Sol,j'ai la musique à ma portée.

    " Mon Oryx m'attend dans sa robe marron glacé
    Ornée d’un triangle noir en bas du ventre
    Avec son masque bicolore au manioc
    Et son sourire venu du Kilimandjaro ."

    La chasse aux marrons se fait sur tous les fronts
    Sur le triangle des Bermudes et le triangle des Açores
    C'est l'île de Flores aux Açores.
    C'est l'ile de Gertrude aux Bermudes.

    Le masque bicolore au manioc
    On le troquera au commerce Triangulaires.
    Trois sommets s'en est assez,
    Avec le Kilimandjaro
    C'est un quadrilatère
    Qu'à cela ne tienne
    Tout le monde dansera le quadrille
    Pour honorer la Terre, Mer.

    Amitiés
    Flora...

    RépondreSupprimer
  11. doucevaguemars 13, 2014

    sur quelle planète vivons nous ?

    amitiés :-)

    Christine en recherche d'archives lol

    http://www.youtube.com/watch?v=ct2HY9pcfrI

    RépondreSupprimer
  12. J aime eaucoup l illustration que vous
    avez faite pour ce poeme... :)
    Bonjour à vous et bonne journée

    RépondreSupprimer
  13. merdum
    beaucoup avec un B c est mieux

    RépondreSupprimer
  14. ylecrivainmai 23, 2014

    Sais-tu que c'est moi qui t'as inspiré pour faire du loufoque, ça défoule hein lolll

    RépondreSupprimer

Copyright numéro 00048772-1

Copyright numéro 00048772-1
Vous êtes sur un site où le contenu est protégé. Les illustrations et les dessins originaux des poèmes se trouvent sur mes autres blogs

Rechercher dans ce blog une archive poétique

Les dix archives les plus consultés ces 30 derniers jours !

A comme Amour Recueil 1

A comme Amour Recueil 2

A comme Amour Recueil 3

A comme Amour Recueil 4

A comme Amour Recueil 5

A comme Amour Recueil 6

A comme Amour recueil 7

A comme Amour recueil 8

A comme Amour Recueil 9

A comme Amour Recueil 10

A comme Amour Recueil 11

A comme Amour Recueil 12

A comme Amour Recueil 13

Copyright numéro 00051199-1

Copyright numéro 00051199-1
Copyright numéro 00051199-1 « A comme Amour Recueils 1-2-3-4-5-6-7-8-9-10-11-12 »